Quand on n’a plus que son corps…

Précarité, grande exclusion... Être sans domicile fixe, RMIste, domicilié précaire, ne plus avoir d'existence sociale reconnue : des centaines de milliers de personnes subissent des situations dont le point commun est qu'ils n'ont plus qu'une seule et ultime ressource, leur propre corps. Pour évoquer le corps en tant que marqueur de l'exclusion d'un être, l'équipe de liaison psychiatrie précarité (ELPP) du CHU de Nantes et la Ville de Nantes proposent et organisent une conférence-débat le 28 juin prochain avec la sociologue Gisèle Dambuyant-Wargny. Cette rencontre se tiendra de 19 h à 20 h 30 à la Maison des associations; Elle s'adresse aux intervenants des champs sanitaires et sociaux et s'ouvre largement à toute personne souhaitant mieux comprendre les conséquences de la précarité et de la grande exclusion sur le lien qui unit corps et affects.

Précarité, grande exclusion… Être sans domicile fixe, RMIste, domicilié précaire, ne plus avoir d’existence sociale reconnue : des centaines de milliers de personnes subissent des situations dont le point commun est qu’ils n’ont plus qu’une seule et ultime ressource, leur propre corps. Pour évoquer le corps en tant que marqueur de l’exclusion d’un être, l’équipe de liaison psychiatrie précarité (ELPP) du CHU de Nantes et la Ville de Nantes proposent et organisent une conférence-débat le 28 juin prochain avec la sociologue Gisèle Dambuyant-Wargny. Cette rencontre se tiendra de 19 h à 20 h 30 à la Maison des associations; Elle s’adresse aux intervenants des champs sanitaires et sociaux et s’ouvre largement à toute personne souhaitant mieux comprendre les conséquences de la précarité et de la grande exclusion sur le lien qui unit corps et affects.

La précarité, subie parfois depuis de longues années, a créé des logiques de survie qui ne permettent plus à ces hommes ou ces femmes de prendre soin de leur corps, ce corps qui pourtant peut devenir leur ultime ressource…
Le corps en ce qu’il donne à montrer est une source de renseignements sur l’état d’une personne. Le corps comme indicateur, marqueur d’un état, le corps comme symptôme, révélateur d’un trouble, le corps comme lien, vecteur de l’altérité, entre un être particulier et le corps social. Le corps comme médiateur, en ce qu’il parle de la trajectoire d’un individu, de sa souffrance, de sa précarité, de son rapport aux autres, à l’entourage, aux soins…

N’avoir plus que son corps, c’est l’inscrire dans une trajectoire impitoyable, entraînant en fin de compte des dégradations irréversibles.

Le corps est-il une réalité sous-estimée par les intervenants du champ médico-social? Sommes-nous à même de bien appréhender la trajectoire corporelle d’un individu ? En quoi le rapport à une institution peut-il être relation sociale ? Quel(s) attachement(s) ou bénéfice(s) peut trouver un individu dans les symptômes que porte son corps ? Quelle utilisation peut faire un sujet en situation d’exclusion de son corps ou de sa maladie ? Autant de questions auxquelles les intervenants tenteront d’apporter une réponse.

Gisèle Dambuyant-Wargny, sociologue, enseigne dans le champ de la précarité et du travail social et publie en 2006 un ouvrage Quand on n’a plus que son corps. Soin et non-soin de soi en situation de précarité.

CONFERENCE OUVERTE À TOUS – ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.