Quatre films pour apprendre à devenir parents

Pendant un an, le Dr Danielle Ferré*, parallèlement à son activité de pédiatre, a joué les cinéastes et a réalisé quatre films avec la cellule audiovisuelle du CHU. Une démarche originale et volontaire qu'elle a menée avec succès pour répondre à un besoin d'information des parents.

Destinés à l’information des parents, ces films traitent de sujets qui préoccupent plus particulièrement les jeunes mamans : « l’allaitement », « les soins du nouveau-né », « la prévention de la mort subite du nourrisson » et enfin « la prévention des accidents domestiques ».

Au cabinet médical comme à l’hôpital, la plupart des jeunes mères se sentent démunies devant le bébé qu’elles viennent de mettre au monde.

« Tous les jours, les mamans me posent des questions de simple bon sens », confie Danielle Ferré. Une situation qu’elle explique par l’éclatement des familles, la diminution des grandes fratries ou encore la rupture des traditions. Le modèle maternel se transmet donc de moins en moins. Il est vrai que les jeunes femmes aujourd’hui ont leur premier enfant de plus en plus tard (en moyenne à 28 ans) et suivent des études longues qui ne les préparent pas à élever un enfant.

Des conseils pratiques
Les films sur l’allaitement et les soins au nouveau-né ont donc une portée à la fois pédagogique à l’attention des mères et constituent un outil de travail pour le service de maternité. Le scénario élaboré en collaboration avec toute l’équipe médicale a permis d’uniformiser les discours par rapport aux patientes. « Il était important que le contenu des films convienne à l’équipe » a insisté le Dr Ferré.

Le film sur la mort subite du nourrisson a fait l’objet d’un travail plus spécifique avec Josy Darsa, cadre sage-femme, et Hélène Morison, cadre-infirmier qui accompagne les familles lors de la perte d’un bébé.

Le dernier sujet, sur la prévention des accidents domestiques, est celui que le Dr Ferré connaît le mieux car il était l’objet de son mémoire de pédiatrie. C’est celui aussi qui lui tenait le plus à c?ur tant la vision répétée des petits corps mutilés dans le service de pédiatrie lui est intolérable. « Plus jamais ça » est le message qu’elle a souhaité adresser aux parents. Un message rendu très explicite grâce aux dessins réalisés par Odile Cherbut, agent au CHU.

L’ensemble des films est désormais projeté en boucle dans chaque chambre de la maternité ainsi que dans les salles d’attente du service de pédiatrie. Ils dispensent des conseils utiles et les parents apprécient leur mise en pratique visuelle.

*Danielle Ferré est attachée au CHU de Saint-Etienne depuis une vingtaine d’années. Parallèlement, elle a exercé en PMI avant d’ouvrir un cabinet il y a quinze ans.
Les films ont été réalisés par Jean-François Verdiel, infirmier au CHU de Saint-Etienne

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.