Quel CHU demain ? Un programme de travail en 3 axes

A mi-chemin entre les Assises nationales hospitalo-universitaires de décembre 2016 et celles qui se dérouleront à Poitiers en décembre 2018 au cours desquelles les CHU célébreront leur soixantième anniversaire, la communauté hospitalo-universitaire s’est retrouvée en séminaire à Nancy, les 16 et 17 novembre 2017. La présence de la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, en lien avec la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Madame Agnès Buzyn, a officialisé le soutien des deux ministères.
A mi-chemin entre les Assises nationales hospitalo-universitaires de décembre 2016 et celles qui se dérouleront à Poitiers en décembre 2018 au cours desquelles les CHU célébreront leur soixantième anniversaire, la communauté hospitalo-universitaire s’est retrouvée en séminaire à Nancy, les 16 et 17 novembre 2017. La présence de la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, en lien avec la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Madame Agnès Buzyn, a officialisé le soutien des deux ministères.
Pour ce point d’étape, les conférences des directeurs généraux de CHU, des présidents des commissions médicales d’établissement de CHU, des doyens des facultés de médecine ont pour la première fois associé la Conférence des présidents d’université et les doyens de pharmacie et d’odontologie à leurs réflexions. A l’issue de ces journées, trois axes de travail ont été retenus, le CHU animateur territorial, le label CHU et le parcours des professionnels hospitalo-universitaires.
Inscrite dans l’actualité, cette rencontre survient moins d’une semaine après le lancement de la mission sur "le CHU de demain" par Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé et Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation auprès des 6 conférences.
Cette rencontre visait à "réaliser un état des lieux sur la triple mission soins, enseignement, recherche et porter une ambition partagée pour adapter le modèle CHU à son écosystème, préparer l’avenir et répondre aux défis du territoire et aux enjeux majeurs de la recherche et de l’innovation" est-il précisé dans le communiqué diffusé ce jour.
Lors des Assises Hospitalo-universitaires qui se sont déroulées en décembre 2016 à Toulouse, les CHU avaient définit en 17 propositions les grands axes d’une stratégie de performance pour les 32 centres hospitaliers universitaires. A Nancy un premier point sur l’avancée des travaux a été dressé et un calendrier de travail jusqu’au grand rendez-vous de décembre 2018 a été arrêté autour de trois Axes.

1. Le CHU, animateur territorial

Les CHU doivent être les animateurs de leurs territoires, unir leurs forces et travailler en réseau. Pour les responsables hospitalo-universitaires « il faudra encore plus développer, voire construire les liens multiples avec des partenaires issus d’horizons très différents dans leurs territoires : GHT, université, établissements de santé publics et privés, monde libéral. Il faudra aussi proposer une animation tant pour les parcours de soins que pour les formations et la recherche, et être moteur pour les programmes de prévention.
Les stratégies d’association doivent reposer sur les principes de complémentarité de l’offre de soins, d’enseignement et de recherche. Le partenariat naturel du CHU avec l’Université doit avoir comme objectifs la recherche de l’excellence et le renforcement de stratégie communes.
Pour les formations, l’heure est à l’ouverture sur des disciplines « hors champ santé » telles ques les sciences humaines et sociales, mathématiques, technologiques, numériques… L’universitarisation des professions de santé doit êtr poursuivie, ainsi que les partenariats avec les Centres Hospitaliers et le secteur libéral pour structurer les stages hors CHU dans l’esprit de la réforme qui a débuté pour le 3ème cycle et qui se prépare pour le 2nd cycle, tout en s’appuyant sur le parcours patient.
Dans le domaine de la recherche biomédicale, il faut repenser une stratégie d’association efficiente entre acteurs de la recherche d’un même territoire, pour mieux fédérer les ressources dédiées, les CHU jouant naturellement un rôle de leader. Il s’agit aussi d’instaurer un véritable parcours recherche du patient, volontaire et citoyen.  

2. Le label CHU

Le label hospitalo‐universitaire ou « label HU », regroupe les différents critères dans les domaines de la formation et de la recherche que doit posséder un établissement, une équipe, dans son organisation, ses compétences, pour être reconnu comme acteur hospitalo‐universitaire. C’est aussi une garantie de qualité, indispensable pour exporter l’excellence de la médecine française à l’étranger.  

3. Le parcours des professionnels hospitalo‐universitaires

Le parcours professionnel des personnels hospitalo‐universitaires doit être aménagé pour pourvoir décliner les missions de soin, enseignement, recherche et management selon une pondération qui doit évoluer tout au long de la carrière, et pour pouvoir contractualiser sur objectifs au niveau de l’équipe, non plus du seul praticien. Il faut repositionner la notion d’équipes HU, H et paramédicales dans une modernité d’approche tant pour le soin, les formations et la recherche. Le potentiel est énorme, mais les modalités d’accès aux carrières et la valorisation des acteurs doivent être revues pour garder l’attractivité des CHU. Les praticiens hospitaliers doivent ainsi voir leurs activités universitaires reconnues. Souplesse, attractivité, transversalité sont des mots‐clés en ce domaine.

Les Conférences ont annoncé qu’elles présenteront leurs propositions aux deux ministres fin 2018, lors des Assises Hospitalo‐Universitaires qui se tiendront à Poitiers, à l’occasion du 60e anniversaire des Ordonnances de décembre 1958 qui ont vu la création des CHU.
En lien l’intégralité du communiqué de presse Quel CHU demain ? 17 novembre 2017
Contact presse : Delphine MASSON
cme@chru‐nancy.fr / 03.83.85.13.95 / 06.78.37.22.05

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.