Radiopharmacie et médecine nucléaire, le projet Iron devenu Labex

Le projet Iron porté par le Pr Françoise Kraeber-Bodéré a obtenu le label «Laboratoire d’excellence» ou « Labex ». Cette reconnaissance, gage de qualité pour la recherche en radiopharmacie et en médecine nucléaire est accompagnée d'un soutien financier de 4,5 M€ sur huit ans.

Le projet Iron porté par le Pr Françoise Kraeber-Bodéré a obtenu le label «Laboratoire d’excellence» ou « Labex ». Cette reconnaissance, gage de qualité pour la recherche en radiopharmacie et en médecine nucléaire est accompagnée d’un soutien financier de 4,5 M€ sur huit ans.
Le projet Iron (Innovative Radiopharmaceuticals in Oncology and Neurology) porté par le Pr Françoise Kraeber-Bodéré est l’un des 71 candidats retenus suite à l’appel à projets « Laboratoire d‘excellence » du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. L’équipe du CRCNA, codirigée par le Pr Bodéré, coordonne ce Labex, consortium national associant sept autres villes (Angers, Caen, Orléans, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Tours), le cyclotron Arronax et le futur cyclotron de Strasbourg et Subatech.
Le projet vise à développer des produits radiopharmaceutiques innovants. Il porte sur trois grands axes : images fonctionnelles des maladies neurologiques ; imagerie phénotypique et fonctionnelle des tumeurs et de l’AVC ; nanomédecine. Les pathologies concernées sont nombreuses et dans plusieurs domaines : démence, maladies inflammatoires, dégénérescence cérébrale, tumeurs hépatiques, cancer du poumon, de la prostate et du sein, myélome…
Ce programme financé pour huit ans ambitionne de mettre au point un ou deux produits radiopharmaceutiques pour chaque axe de recherche, éventuellement en collaboration avec des laboratoires privés.
Parallèlement, le Labex devra assurer une mission d‘information et d’éducation des professionnels et du grand public via des congrès scientifiques, des publications, la participation à la Fête de la science, un site internet… Les partenaires du projet assureront aussi des formations en licence, master et doctorat et développeront une formation de haut niveau sur les produits pharmaceutiques.
4,5 M€ pour huit ans
La labellisation est  assortie d’une dotation de 4,5 M€ sur huit ans ; un apport qui devrait aider à lever des fonds supplémentaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.