Rapport IGAS : Directeur Général et Président de la CME font front commun

Préoccupés par le préjudice d'image causé par le rapport de l'Inspection générale des affaires sociales sur la gestion de l’AP-HM, Jean-Jacques Romatet, directeur général et le Professeur Guy Moulin, Président de la CME sont montés au créneau pour défendre l’effort de redressement de l'institution.

Préoccupés par le préjudice d’image causé par le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales sur la gestion de l’AP-HM, Jean-Jacques Romatet, directeur général et le Professeur Guy Moulin, Président de la CME sont montés au créneau pour défendre l’effort de redressement de l’institution.
Dans un communiqué diffusé en interne le 30 octobre, les deux responsables ont souligné que les dysfonctionnements dénoncés « relèvent de comportements du passé et sont bien derrière nous. » rappelant que le rapport été réalisé en 2013 et qu’il concerne la période 2005-2012.

Revenant sur les points critiqués, les décideurs contre-attaquent
: " si effectivement les insuffisances de recettes et l’endettement restent malheureusement un problème majeur, le rapport pointe aussi un certain nombre de faits qui se révèlent aujourd’hui inexacts. L’état d’avancement du Dossier Patient Informatisé (DPI) est l’exemple le plus frappant du caractère erroné de certaines conclusions de ce rapport. .
Le clientélisme dans le recrutement des personnels n’est pas de mise aujourd’hui et la Direction Générale a établi des critères objectifs et transparents d’embauche.
Concernant les effectifs, l’AP-HM a des difficultés à recruter des personnels soignants "Il n’est donc pas supportable d’entendre que nous serions scandaleusement sur-dotés. Le rapport omet aussi le poids d’un environnement territorial extrêmement défavorable et souvent lui-même particulièrement soutenu par les autorités. "
Concentrés sur l’avenir, les responsables ont rappelé qu’ils sont allés défendre le plan de redressement de l’AP-HM le 28 octobre au Ministère de la Santé ; un programme vital pour l’institution.
En conclusion, Guy Moulin réitère sa totale confiance à Jean-Jacques Romatet. Et tous deux appellent à la solidarité de la communauté hospitalière. "Cet épisode médiatique (…) nous renforce dans la conviction que les bonnes réponses sont dans nos mains, dans notre capacité individuelle et collective à bien anticiper les besoins de santé et les nouvelles organisations, à bien gérer pour bien soigner".
L’enjeu est désormais le grand projet de l’AP-HM, la mise en œuvre déterminée et rigoureuse de son projet médical, l’amélioration de la qualité des pratiques, la plus juste répartition des moyens serrés… L’AP-HM a engagé une profonde mutation depuis plusieurs années, qui se traduit par un projet médical innovant et restructurant pour la métropole. Après l’ouverture du pavillon de l’Etoile et la vague de transferts de services des Hôpitaux sud vers l’hôpital Nord en 2009, l’AP-HM opère une nouvelle révolution qui va profondément transformer le paysage hospitalier du centre de la ville, avec l’ouverture des services d’urgences à la Timone 2.  Entre novembre 2014 et mars 2015, de nombreux transferts de services vont avoir lieu entre la Timone et la Conception.
"Nous nous redresserons ensemble par notre travail, par le travail de tous, par notre effort collectif, par notre respect mutuel. (…) au service des malades et de la maison AP-HM (…)  Ainsi, la reconnaissance de notre engagement (…) reviendra, vite." concluent Jean-Jacques Romatet et Guy Moulin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.