Réa : des vies sauvées en plaçant les patients sur le ventre

Les patients réanimés pour un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ont une meilleure espérance de vie s’ils sont allongés à plat-ventre durant au moins 16 heures. C’est ce que vient de démontrer « Proseva », une étude multicentrique randomisée contrôlée menée sur 466 patients dans 27 services de réanimation, du 1 janvier 2008 jusqu’au 25 juillet 2011. Publiés dans le New England Journal of Medecine du 6 juin 2013, ces résultats devraient à terme modifier les protocoles de réanimation.

Les patients réanimés pour un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ont une meilleure espérance de vie s’ils sont allongés à plat-ventre durant au moins 16 heures. C’est ce que vient de démontrer « Proseva »,  une étude multicentrique randomisée contrôlée menée sur 466 patients dans 27 services de réanimation, du 1 janvier 2008 jusqu’au 25 juillet 2011. Publiés dans le New England Journal of Medecine du 6 juin 2013, ces résultats devraient à terme modifier les protocoles de réanimation.

L’équipe de réanimation médicale de l’hôpital de la Croix Rousse qui a coordonné les travaux , souligne « Ces recommandations ne s’appliquent qu’à 10% des personnes hospitalisées en réanimation :  seuls les patients souffrant d’un SDRA sévère sont concernés. » Les chercheurs ont constaté que des séances quotidiennes d’au moins 16h sur le ventre améliorent l’oxygénation et préviennent les lésions pulmonaires induites par la ventilation mécanique. Des résultats positifs à moduler en fonction de l’expérience des équipes à placer le patient sur le ventre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.