Réa. Nouveau service de pointe pour traumatisés crâniens, AVC…

Chambre du service de Réanimation Neurologique : Ambiance feutrée et lumière tamiséeSitué à l'Est de Lyon (3°), l'hôpital Pierre Wertheimer, établissement « de spécialité » entièrement dédié à la neurologie et à la neurochirurgie, vient d'inaugurer un service de Réanimation Neurologique de 31 lits. L'accent a été mis sur l'efficacité de la prise en charge et de la réanimation afin de maximiser les chances de récupération et de limiter les séquelles invalidantes. Traumatisés crâniens, victimes d'accidents vasculaires cérébraux, de méningites… chaque année 1 600 patients souffrant d'affections neurologiques, médicales et chirurgicales et nécessitant une admission en réanimation ou en surveillance continue seront accueillis dans un environnement médico-technique optimal.

Situé à l’Est de Lyon (3°), l’hôpital Pierre Wertheimer, établissement « de spécialité » entièrement dédié à la neurologie et à la neurochirurgie, vient d’inaugurer un service de Réanimation Neurologique de 31 lits. L’accent a été mis sur l’efficacité de la prise en charge et de la réanimation afin de maximiser les chances de récupération et de limiter les séquelles invalidantes. Traumatisés crâniens, victimes d’accidents vasculaires cérébraux, de méningites… chaque année 1 600 patients souffrant d’affections neurologiques, médicales et chirurgicales et nécessitant une admission en réanimation ou en surveillance continue seront accueillis dans un environnement médico-technique optimal.

Pathologies prises en charge au service de réanimation neurologique de l’Hôpital Pierre Wertheimer
– Pathologies vasculaires : AVC, hémorragies méningées, malformations artério veineuses
– Traumatologie : traumatismes crâniens ou médullaires
– Pathologies infectieuses : méningites, abcès
– Pathologies dégénératives ou immunitaires : Guillain Barré, SLA…
– Soins post-opératoires après neurochirurgie.

Les atouts du service : la proximité des compétences et des moyens
Le service de réanimation neurologique est en mesure de recueillir dans les plus brefs délais les avis de spécialistes (neurologues médicaux, neurochirurgiens, neuro-radiologues). C’est un des rares centres européens à disposer de tout le monitoring de pointe utilisable en réanimation. 1 million d’euros ont été investis dans les équipements biomédicaux.

La surveillance est assurée par des réanimateurs présents 24h/24 (5 médecins réanimateurs la journée, 2 la nuit). Les chambres, vitrées, donnent sur les banques de surveillance placées au centre de l’unité, permettant aux soignants d’avoir un contrôle visuel permanent sur les patients. Les postes de surveillance sont équipés de consoles sur lesquelles s’affichent les constantes des patients et les alarmes de tous les paramètres vitaux surveillés : hémodynamique (pression artérielle, débit cardiaque…), suppléance respiratoire et rénale, évaluation de la perfusion cérébrale, d’échographie nécessaire aux nouvelles tendances en réanimation (cardiaque, vasculaire, pulmonaire, echodoppler des artères cérébrales). L’établissement a investi 1 million d’euros dans ces équipements.

L’équipe utilise depuis près de 10 ans la microdialyse cérébrale, une technique de pointe qui consiste à évaluer le métabolisme cérébral et à adapter le traitement dans les comas. Ce suivi se déroule en étroite collaboration avec le laboratoire de neurochimie du Groupement Hospitalier Est.

L’unité est reliée au bloc opératoire et au plateau technique de l’établissement comprenant notamment : 2 IRM, 1 scanner de perfusion, 2 salles d’angiographies numérisées ; une facilité d’accès qui garantit la réactivité des interventions.

De plus, le service est Centre de Référence pour le traitement de l’hypertension intracrânienne dans les traumatismes crâniens notamment en cas d’accident de la route et pour l’évaluation du pronostic des comas, réalisée en partenariat avec l’équipe du Dr Catherine Fischer, référence mondiale dans le domaine.

Chambre du service de Réanimation Neurologique : Ambiance feutrée et lumière tamisée
Chambre en réanimation neurologique : Une ambiance feutrée où pénètrent les rayons du soleil

Les chambres allient confort et sécurité
Toutes les chambres sont individuelles. Leur superficie (20 et 25 m2) offre une grande liberté de circulation autour du lit. Les soignants peuvent « tourner autour du malade » et atteindre très rapidement toutes les parties du corps, notamment la tête. Les chambres sont aussi suffisamment spacieuses pour recevoir des appareils de radio mobiles. Un poste informatique au pied du lit permet un accès permanent au dossier du patient (constantes, imagerie, actes) sans quitter la chambre.

Stimulation essentielle, la lumière naturelle baigne toutes les chambres. Elle est adoucie par un rideau de pares vues en lame de verre feuilleté et par des stores intégrés aux vitrages. La nuit, la lumière artificielle peut être abaissée à un niveau minimum, afin de préserver au maximum le rythme veille/sommeil.
Toujours dans le souci d’offrir un plus grand le confort aux patients, des isolants acoustiques améliorent l’insonorisation des lieux (faux plafonds, vitrage isolant…). Quant aux espaces de circulation, ils ont été scindés entre circuits logistiques et parcours des personnels et visiteurs. Une organisation qui se traduit par 3 accès différents (sous contrôle d’accès) pour les patients, les familles, et le personnel. Les autres secteurs (logistique, ateliers biomédicaux, PC médicaux…) sont situés en périphérie avec des circulations et accès spécifiques qui n’interfèrent pas avec le fonctionnement du service.

Une attention particulière aux mesures d’hygiène
Les patients hospitalisés en réanimation sont particulièrement fragiles et exposés. Tous les aménagements, nature des matériaux, organisation des chambres et traitement de l’air participent à la lutte contre les infections nosocomiales. Ainsi, les équipements d’assistance médicale intégrés à des bras techniques fixés au mur (rien au sol), ou sur roulettes (possibilité de les sortir de la chambre) pour permettre une décontamination complète des surfaces.
La commande de l’ouverture des portes par lecteur tactile afin d’éviter le contact des mains avec les portes.
Les chambres sont en surpression par rapport à la circulation centrale, pour ne pas importer d’agents pathogènes au patient.
En cas de besoin, 2 chambres peuvent être transformées en chambres d’isolement pour des malades contaminés (ex. maladies virales hautement contaminantes : Ebola, fièvre jaune hémorragique…) grâce à une mise en dépression de l’air.

Une conception au service de la qualité des soins
Le projet de restructuration de la réanimation à l’hôpital Pierre Wertheimer reposait sur la mutualisation des moyens de 2 unités jusqu’ici distinctes : l’Unité 800 (réanimation polyvalente) et le SIPO (Soins Intensifs Post-Opératoires : neuro-chirurgie). Aujourd’hui les 2 équipes (120 personnes) sont regroupées au sein d’un Service de Réanimation Neurologique de 31 lits, comportant 23 lits de réanimation et 8 lits de surveillance continue (soit une augmentation de 6 lits).
Dès le début du projet, un groupe « utilisateurs » a été constitué. Les personnels représentatifs des différentes catégories se sont réunis chaque mois pour travailler sur l’organisation du service, le choix des équipements, l’aménagement des chambres, en fonction des besoins spécifiques des patients traités dans le service. La conception du service est donc le fruit d’une réflexion partagée entre l’équipe soignante, la Direction des Affaires Techniques (études et travaux) et le Service des équipements biomédicaux.
Les axes de travail : qualité et sécurité des soins, ergonomie et fonctionnalité, respect de l’intimité et de la confidentialité, confort pour les patients et leurs proches.

Chiffres repères
– 31 lits : 23 lits de réanimation, 8 lits de surveillance continue
– 1 500 à 1 600 patients par an, provenant de toute la région Rhône-Alpes
– Une équipe de 120 personnes :
5 médecins
1 cadre de santé, 2 adjoints
61 infirmières (dont 1 infirmier technique)
42 aides soignantes (dont 2 aides soignants techniques)
6 agents d’entretien

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.