Réanimation du nouveau-né par la simulation « haute-fidélité » : Caen primé par l’ANFH

La formation à la réanimation du nouveau-né en salle de naissance par la simulation « haute-fidélité » dispensée par le CHU de Caen a été primée par l’ANFH (Association Nationale pour la Formation des Hospitaliers) dans la catégorie « Développement Professionnel Continu médical et paramédical », le 23 juin 2016. Débuté en 2011 à l’initiative de l’équipe de néonatalogie du CHU*, cet enseignement a déjà attiré plus de 247 professionnels de santé.

La formation à la réanimation du nouveau-né en salle de naissance par la simulation « haute-fidélité » dispensée par le CHU de Caen a été primée par l’ANFH (Association Nationale pour la Formation des Hospitaliers) dans la catégorie « Développement Professionnel Continu médical et paramédical »,  le 23 juin 2016. Débuté en 2011 à l’initiative de l’équipe de néonatalogie du CHU*, cet enseignement a déjà attiré plus de 247 professionnels de santé.
Fruit d’une coopération entre le CHU de Caen et l’Université de Caen Normandie, cette session vise  à enseigner ou à actualiser les connaissances théoriques et pratiques nécessaires à la réanimation du nouveau-né en salle de naissance. Le programme comprend un entraînement des professionnels de santé à la gestion des situations cliniques en équipe pluridisciplinaire et pluri professionnelle.
Les atouts de l’enseignement par simulation sur mannequins pilotés
Le laboratoire caennais fournit un environnement sécurisé pour la formation du personnel médical et paramédical aux procédures à risque, en travaillant sur un « patient-mannequin » : « jamais la première fois sur le patient ».  La pédagogie est aussi l’art de la répétition, apprendre les bons gestes en répétant les situations cliniques rares et graves. L’enseignement est vivant, interactif et réflectif, complété du concept d’erreur utile et il est possible de s’entraîner en équipe pour une bonne cohésion et complémentarité des interventions.
De nombreux programmes sont actuellement délivrés par NORSIMS (laboratoire de simulation en santé commun au CHU de Caen et à l’université de Caen Normandie). Les sessions portent sur l’anesthésie-réanimation, l’obstétrique, la pédiatrie ou encore la médecine d’urgence. Cette nouvelle modalité d’apprentissage a vocation à fortement se développer au cours des prochaines années.
*Pr Bernard Guillois, responsable du service de néonatalogie, Dr Anne Bellot, service de néonatalogie, Brigitte Courtois, directrice de la Qualité et des Droits des Patients

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.