Réapprendre à conduire avec un handicap : une formation sur mesure et un soin

Paraplégiques, hémiplégiques ou traumatisés crâniens, les personnes handicapées suite à un AVC ou un accident de la route doivent réapprendre à vivre, retrouver leur autonomie et leur mobilité. A l’hôpital Henry Gabrielle, la réadaptation à la conduite automobile est à la fois une nécessité et une thérapie. Chaque année, plus de 200 personnes fréquentent l’auto-école de l’hôpital et 30 passent leur permis.

Paraplégiques, hémiplégiques ou traumatisés crâniens, les personnes handicapées suite à un AVC ou un accident de la route doivent réapprendre à vivre, retrouver leur autonomie et leur mobilité. A l’hôpital Henry Gabrielle, la réadaptation à la conduite automobile est à la fois une nécessité et une thérapie. Chaque année, plus de 200 personnes fréquentent l’auto-école de l’hôpital  et 30 passent leur permis.
Ouverte à tous les patients qui suivent un programme de rééducation à Henry Gabrielle, l’école de conduite existe depuis la création de l’établissement. La plupart  des élèves sont des blessés médullaires souffrant de lésions de la moelle épinière entraînant un handicap moteur, mais aussi des personnes paraplégiques, hémiplégiques, traumatisés crâniens ou encore atteintes de maladies
neurodégénératives (principalement la Sclérose en plaques, Charcot-Marie-Tooth…)
Les cours de conduite font partie intégrante du programme de soin et du retour à la vie normale. Les médecins donnent le feu vert et le programme commence, adapté à chaque personnalité et à  chaque handicap. Le moniteur, recruté par les Hospices Civils de Lyon, dispose d’un véhicule-école entièrement modulable, avec un poste de conduite aménagé, équipé avec des dispositifs amovibles palliant les différentes incapacités. Ainsi,  un patient paralysé des membres inférieurs pourra piloter le véhicule uniquement avec les mains.
Les cours ainsi que le coût du permis de conduire sont pris en charge par l’hôpital, pendant le séjour hospitalier du patient.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.