Réapprendre à conduire avec un handicap : une formation sur mesure et un soin

Paraplégiques, hémiplégiques ou traumatisés crâniens, les personnes handicapées suite à un AVC ou un accident de la route doivent réapprendre à vivre, retrouver leur autonomie et leur mobilité. A l’hôpital Henry Gabrielle, la réadaptation à la conduite automobile est à la fois une nécessité et une thérapie. Chaque année, plus de 200 personnes fréquentent l’auto-école de l’hôpital et 30 passent leur permis.

Paraplégiques, hémiplégiques ou traumatisés crâniens, les personnes handicapées suite à un AVC ou un accident de la route doivent réapprendre à vivre, retrouver leur autonomie et leur mobilité. A l’hôpital Henry Gabrielle, la réadaptation à la conduite automobile est à la fois une nécessité et une thérapie. Chaque année, plus de 200 personnes fréquentent l’auto-école de l’hôpital  et 30 passent leur permis.
Ouverte à tous les patients qui suivent un programme de rééducation à Henry Gabrielle, l’école de conduite existe depuis la création de l’établissement. La plupart  des élèves sont des blessés médullaires souffrant de lésions de la moelle épinière entraînant un handicap moteur, mais aussi des personnes paraplégiques, hémiplégiques, traumatisés crâniens ou encore atteintes de maladies
neurodégénératives (principalement la Sclérose en plaques, Charcot-Marie-Tooth…)
Les cours de conduite font partie intégrante du programme de soin et du retour à la vie normale. Les médecins donnent le feu vert et le programme commence, adapté à chaque personnalité et à  chaque handicap. Le moniteur, recruté par les Hospices Civils de Lyon, dispose d’un véhicule-école entièrement modulable, avec un poste de conduite aménagé, équipé avec des dispositifs amovibles palliant les différentes incapacités. Ainsi,  un patient paralysé des membres inférieurs pourra piloter le véhicule uniquement avec les mains.
Les cours ainsi que le coût du permis de conduire sont pris en charge par l’hôpital, pendant le séjour hospitalier du patient.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.