Recherche dès l’internat avec le soutien d’HUGO

En France, l'enseignement médical a la particularité d'accorder aux internes des « années-recherche »* dédiées à un master ou à une thèse de science et financées par des bourses. Dans ce cadre, HUGO, le groupement des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest, vient d'accorder deux bourses à deux étudiants afin de financer leurs projets de recherches collaboratifs, l'un en chirurgie maxillo-faciale, l'autre en génétique médicale.
En France, l’enseignement médical a la particularité d’accorder aux internes des « années-recherche »* dédiées à un master ou à une thèse de science et financées par des bourses. Dans ce cadre, HUGO, le groupement des Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest, vient d’accorder deux bourses à deux étudiants afin de financer leurs projets de recherches collaboratifs, l’un en chirurgie maxillo-faciale, l’autre en génétique médicale.
Présidé par le Professeur Isabelle Richard, Doyen de l’UFR Santé d’Angers, le jury HUGO  a retenu 2 lauréats parmi 6 candidats pour sa campagne 2016. Le montant des bourses, d’un montant maximum de 30 000€, correspond au projet présenté. Alexis Kahn recevra 20 000€ et Xenia Latypova 7 420€.
Une bourse pour étudier les conséquences osseuses mandibulaires de l’injection de toxine botulique dans les muscles masticateurs chez l’homme
Interne dans le service de chirurgie maxillo-faciale du CHU d’Angers et Président de l’Association Française des Jeunes Chirurgiens Maxillo-Faciaux, Alexis Kahn va utiliser ce financement pour explorer le risque de perte osseuse mandibulaire associé à l’injection de toxine botulique.
Cette recherche originale impliquera les services de chirurgie maxillo-faciale des CHU d’Angers et de Nantes et le GEROM (Groupe d’étude du remodelage osseux et des biomatériaux) de l’Université d’Angers et devrait permettre d’initier un réseau d’investigateurs en chirurgie maxillo-faciale en s’élargissant au CHU de Tours.
Une bourse pour élaborer un modèle in vivo des déficiences intellectuelles syndromiques
Interne dans le service de génétique médicale du CHU de Nantes, Xénia Latypova va poursuivre ses explorations en vue d’élaborer un modèle in vivo de déficiences intellectuelles syndromiques, grâce à une stratégie innovante de modélisation développée par l’université Duke en Caroline du Nord.
Ce travail s’appuie sur les résultats du PHRC HUGODIMS, impliquant les 6 CHU de HUGO et le Centre hospitalier du Mans, qui a permis d’identifier des variants associés à cette pathologie. Impliqués dans la stratégie de modélisation, leur objectif final est de préciser le conseil génétique, voire de permettre la réalisation éventuelle de diagnostic pré-natal pour les patients.
Des Bourses Espoir, parrainées par le Club des partenaires économiques de HUGO
Pour accompagner de jeunes professionnels engagés dans des actions collectives
HUGO attribue chaque année des bourses pour accompagner les projets de jeunes Espoirs du Grand Ouest et encourager des actions collaboratives et structurantes, correspondant aux missions et priorités du Groupement, dans le domaine des soins, de l’enseignement ou de la recherche.
A propos de HUGO
6 CHU (Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes et Tours), 1 CHR (Orléans), un centre de lutte contre le Cancer (Institut Cancérologique de l’Ouest) et un centre hospitalier (Le Mans)
4 régions : Bretagne, Centre Val de Loire, Pays de la Loire, ex. région Poitou-Charentes
Née en 2005, cette collaboration constituée en Groupement de Coopération Sanitaire en 2013 poursuit un objectif : la coopération hospitalo-universitaire en santé, dans le domaine de la stratégie, des soins, de l’enseignement, de la recherche et de l’innovation.
Cécile Jaglin-Grimonprez  – href= »mailto:cecile.jaglin@chu-hugo.fr » – tél. : 06 23 48 66 41
 *à partir de la deuxième année d’internat

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.