Recherche en soins infirmiers : le toucher-massage en secteur protégé d’hématologie

Armelle Simon, infirmière sophrologue et praticienne en toucher-massage dans le service d’hématologie clinique du CHU de Nantes, a publié dans La Revue de l’infirmière un article décrivant son expérimentation du toucher-massage pour les patients hospitalisés en secteur protégé.

Armelle Simon, infirmière sophrologue et praticienne en toucher-massage dans le service d’hématologie clinique du CHU de Nantes, a publié dans La Revue de l’infirmière un article décrivant son expérimentation du toucher-massage pour les patients hospitalisés en secteur protégé.

« La personne atteinte de maladie hématologique grave vit de nombreuses transformations brutales suite à la découverte de la maladie et au traitement initié lors de l’hospitalisation en secteur protégé », écrit Armelle Simon dans un article publié par La Revue de l’infirmière  (N°181 – mai 2012).

Hospitalisation longue, remise en cause des identités sociale, professionnelle, familiale et personnelle, ainsi que transformations physiques (allopécie, perte de poids, modification du teint, fonte musculaire…) sont autant de facteurs perturbants qui mobilisent les qualités d’écoute et d’accompagnement de l’ensemble de l’équipe du secteur protégé.
Le contexte d’isolement induit une limitation pénible des stimuli sensoriels, dans un environnement identique pendant des semaines, peuplé de sons pour la plupart artificiels. Contraintes auxquelles s’ajoutent les modifications de perception des odeurs et du sens gustatif provoqués par les traitements de chimiothérapie. Quant au toucher, le contact physique avec les soignants étant limité aux soins dans un souci de protection des malades, "il devient en quelque sorte le "sens interdit". Pourtant, à travers lui, les malades de se réapproprient leur schéma corporel. Complémentarité des traitements médicamenteux, il améliore les différents symptômes tels que l’anxiété, l’insomnie, les nausées, la douleur. C’est aussi un moyen d’entrer en communication d’une autre façon lorsque l’angoisse du malade ne peut être exprimée verbalement. »

Spécialisée en sophrologie et en "toucher-massage" Armelle Simon a instauré la pratique du toucher-détente dans l’unité d’hématologie stérile : "Complémentaire des traitements médicamenteux, le toucher-massage aide les malades à se réapproprier leur schéma corporel. Il a aussi des vertus thérapeutiques car il réduit l’anxiété, l’insomnie, les nausées, la douleur. C’est aussi un moyen d’entrer en communication d’une autre façon lorsque l’angoisse du malade ne peut être exprimée verbalement."
Un patient témoigne « Quand Armelle me masse, mon dos puis tout mon être deviennent légers, les tensions tombent, mon cou semble descendre d’un cran, se laisser aller… ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.