Recherche hospitalo-universitaire : un second succès pour le CHU de Nantes

Après le succès de Chopin, Recherche hospitalo-universitaire (RHU) portant sur l'amélioration de la prise en charge de l’hypercholestérolémie (2016), Nantes a de nouveau été retenue en 2017 pour son projet KTD-Innov (Kidney Transplantation Diagnostics Innovation) avec à la clé un financement de 8,8M€ sur 5 ans.

Après le succès de Chopin, Recherche hospitalo-universitaire (RHU) portant sur l’amélioration de la prise en charge de l’hypercholestérolémie  (2016), Nantes a de nouveau été retenue en 2017 pour son projet KTD-Innov (Kidney Transplantation Diagnostics Innovation) avec à la clé un financement de 8,8M€ sur 5 ans.
Le projet KTD-Innov (Kidney Transplantation Diagnostics Innovation), co porté par le Pr Alexandre Loupy de l’hôpital Necker et par le Dr Sophie  Brouard de l’institut de transplantation d’urologie et néphrologie de Nantes a été retenu dans le cadre de la troisième vague de l’appel à projets très compétitif de recherche hospitalo-universitaire (RHU) du programme des investissements d’avenir.
KDT-Innov ambitionne d’être la 1ère solution intégrée en transplantation rénale combinant l’utilisation des biomarqueurs et la technologie de l’information de santé. KDT-Innov se définit comme un outil de prévention et de diagnostique (système de surveillance et de diagnostic  immunitaire) de précision appliqué à la transplantation rénale.
Cette nouvelle sélection est une reconnaissance de l’excellence nantaise en recherche et renforce la candidature d’institut hospitalo-universitaire (IHU) en  transplantation que prépare le site de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.