Recherche : les HCL plusieurs fois lauréats

Retenu pour la création de 3 centres de recherche clinique (CRC) et associé au développement de 2 projets «équipements excellence» du programme des investissements d’avenir, le CHU de Lyon voit le dynamisme de son activité de recherche récompensé !

Retenu pour la création de 3 centres de recherche clinique (CRC) et associé au développement de 2 projets «équipements excellence» du programme des investissements d’avenir, le CHU de Lyon voit le dynamisme de son activité de recherche récompensé !
► 3 centres de recherche clinique labellisés
Faciliter l’accès des patients aux nouveaux médicaments ou aux nouveaux traitements dans le cadre de projets de recherche, tel est l’enjeu de ces nouveaux centres de recherche,  soutenus par le ministère de la santé à hauteur de 500 000 € par an. Il s’agit des CRC infectiologie, vieillissement – cerveau – fragilité et cancer
Le CRC Infectiologie est porté par le Pr Fabien Zoulim du Groupement Hospitalier Nord – Croix-Rousse
Ses axes prioritaires de recherche concernent les hépatites virales, la cancérologie hépatique, la transplantation hépatique, les maladies infectieuses et VIH, la pneumologie, la médecine interne, obstétrique, la chirurgie orthopédique,l’ophtalmologie, la gastroentérologie et la nutrition et la radiologie.
L’infectiologie est un domaine phare de la recherche au Groupement Hospitalier Nord, en plein développement grâce aux liens étroits établis avec le pôle de compétitivité Lyon Biopôle, et avec l’Institut de Recherche Technologique financé dans le cadre du « Grand Emprunt ». Le CRC de la Croix-Rousse a également prévu d’apporter une aide à l’ensemble des médecins et chirurgiens du site désireux de développer leur activité de recherche clinique.
Le CRC «Vieillissement – Cerveau – Fragilité» coordonné par le Pr Pierre Krolak Salmon du Groupement Hospitalier de Gériatrie
Ce CRC vise à optimiser l’inclusion des patients âgés dans les essais cliniques, en organisant la recherche au plus près du malade et de ses soins. La fragilité de cette population, tant cognitive que physique, doit faire l’objet d’une recherche spécifique, pour anticiper et prévenir la
dépendance.
Les recherches portent sur les domaines déterminant la fragilité et la dépendance : cognition, nutrition, oncogériatrie, troubles de la marche, prescriptions médicamenteuses multiples…
Le CRC Cancer,  avec à sa tête le Pr Gilles Salles du groupement de coopération sanitaire Lyon Cancérologie Universitaire (HCL et Centre Léon Bérard)
Le CRC « cancer » s’attache à renforcer et à mettre en réseau les différentes équipes impliquées dans la recherche clinique en cancérologie afin d’optimiser toutes les étapes de la mise en oeuvre des essais cliniques, de la sélection des patients à la collecte des données de l’étude.
Cette organisation transversale permettra de s’adapter aux caractéristiques des soins dispensés au patient atteint de cancer : multidisciplinarité  (intervention de cliniciens, biologistes, anatomopathologistes, radiologues…), traitements multimodaux (ex. chirurgie + radiothérapie),
décisions thérapeutiques collégiales (réunions de concertation pluridisciplinaire)… Elle s’intégrera au parcours du patient au sein des HCL, où certaines spécialités sont représentées sur un seul groupement hospitalier et d’autres sur 3 groupements.
Les CRC apporteront aux médecins un soutien organisationnel, administratif et technique. Ils pourront étoffer leurs équipes de professionnels spécialisés dans la recherche clinique, en contact direct avec les patients. Ils enocurageront également la formation des personnels soignants en recherche clinique.
Partenaires des investissements d’avenir portés par l’Université de Lyon, les HCL sont associés à 2 nouveaux projets «Equipements d’Excellence»

Le projet Lili doté d’une enveloppe de 4 M € développera une plateforme d’imagerie innovante visant à étudier les fonctions cérébrales, la physiopathologie des cancers, les dysfonctionnements cardiovasculaires et les désordres nutritionnels et métaboliques.
Les HCL participent concrètement à ce projet d’implantation d’un IRM-TEP, à travers la mise à disposition de locaux (400 m² au sein du Service de Médecine Nucléaire, Groupement Hospitalier Est), la prise en charge des travaux liés à l’implantation de l’équipement, et la mise à disposition de personnels médicaux et non médicaux pour son fonctionnement opérationnel

Le programme PhenoCan (programme de phénotypage pour le cancer) reçoit une enveloppe de 2,7 M€ pour installer une plateforme de développement de modèles de cancers chez la souris. Il s’agira d’améliorer la compréhension des bases biologiques du cancer, d’étudier le rôle de l’environnement sur son développement afin de  mieux comprendre la physiologie des cancers humains ; connaissances indispensable au développement  de nouvelles thérapies.
Le projet, axé sur le cancer, prévoit également des connections vers d’autres thématiques, telles que l’inflammation, l’immunité, le métabolisme, autant de thèmes qui font partie des priorités scientifiques des HCL.
Le caractère interdisciplinaire de cette initiative est très important dans la stratégie de développement du CHU : cet équipement permettra un renforcement des collaborations avec les différentes structures de recherche de l’Université de Lyon. Le constat a souvent été fait par le passé de l’intérêt réciproque des interactions entre les équipes médicales et les équipes scientifiques.
Le projet PhenoCan devrait encore enrichir ce dialogue fructueux au sein d’un environnement scientifique ambitieux et novateur, et promouvoir le rayonnement lyonnais dans cette thématique majeure.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.