Recherche & MICI : plus de 7 000 patients inclus dans l’étude I-CARE

Pilotée depuis le CHRU de Nancy, l’étude européenne I-CARE a franchi en 2017 le cap des 7 000 patients inclus à travers une vingtaine de pays européens. Enjeu de la recherche : suivre pendant 3 ans des personnes atteintes d’une Maladie Inflammatoire Chronique Intestinale (MICI) pour étudier et comparer la tolérance et l’efficacité des différentes stratégies thérapeutiques prescrites.
Pilotée depuis le CHRU de Nancy, l’étude européenne I-CARE a franchi en 2017 le cap des 7 000 patients inclus à travers une vingtaine de pays européens. Enjeu de la recherche : suivre pendant 3 ans des personnes atteintes d’une Maladie Inflammatoire Chronique Intestinale (MICI) pour étudier et comparer la tolérance et l’efficacité des différentes stratégies thérapeutiques prescrites. 

Lancée en 2009, I-CARE est une cohorte observationnelle qui vise l’inclusion de plus de 10 000 patients.

Cet objectif devrait être atteint au cours du premier trimestre 2018. Depuis deux ans, ce sont ainsi chaque jour 15 patients qui intègrent la cohorte européenne, grâce à l’investissement de plus de 400 médecins investigateurs répartis dans toute l’Europe. 

Utilisées depuis une vingtaine d’années dans le traitement des MICI, les biothérapies (anti-TNF, vedolizumab) voient ainsi pour la première fois, leur tolérance et leur efficacité évaluées. 
Chaque patient volontaire a accès à une plateforme en ligne sur laquelle il renseigne à intervalles réguliers ses données relatives aux symptômes de la maladie, aux doses de médicaments prises, aux hospitalisations, à toute infection ou pathologie autre que sa MICI, à sa qualité de vie… 
Les premiers retours montrent une très forte adhésion des volontaires au dispositif : plus de 90 % d’entre eux remplissent les questionnaires de façon assidue. Les référents de l’étude vont ainsi disposer d’un volume de données permettant d’effectuer des analyses statistiques robustes et innovantes dans le domaine, avec un important potentiel de publications scientifiques dont les premières sont attendues pour 2019. 
Financée à hauteur de 6M€ via un consortium d’industriels, I-CARE bénéficie de l’expertise de l’unité de méthodologie, data management et statistique de la plateforme d’aide à la recherche clinique du CHRU de Nancy (pôle structures de soutien à la recherche). Conduite par le Pr Laurent Peyrin-Biroulet, (service Hépato-Gastro-Entérologie) et Cédric Baumann, (plateforme d’aide à la recherche clinique), l’étude se distingue par son ampleur exceptionnelle. Pour la mener à bien, l’équipe a dû apprendre à maîtriser le montage d’une recherche à l’échelle européenne, à s’adapter aux spécificités de chaque pays, à la taille de la cohorte visée, à la complexité technique pour la connexion des différentes plateformes patients / médecins chercheurs et la synchronisation des données. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.