Recherche nancéenne : 10 programmes d’envergure pour près de 11 millions d’euros

Reconnu pour son engagement dans la recherche, Nancy entend conforter sa position en investissant davantage encore dans le progrès médical. En 2013, il a remporté 10 programmes lauréats pour près de 11 millions d'€ avec à la clé, la création de nouvelles expertises fondées sur l'étude et l'évaluation des techniques médicales innovantes qui préfigurent la médecine de demain.

Reconnu pour son engagement dans la recherche, Nancy entend conforter sa position en investissant davantage encore dans le progrès médical. En 2013, il a remporté 10 programmes lauréats pour près de 11 millions d’€ avec à la clé, la création de nouvelles expertises fondées sur l’étude et l’évaluation des techniques médicales innovantes qui préfigurent la médecine de demain. 
 
Le secret de la progression nancéenne, le réseau que le CHRU a su tisser avec les professionnels de santé du territoire, en lien avec de nombreux laboratoires de l’Université de Lorraine, de l’INSERM, du CNRS et des entreprises privées de la région. Résultat : Nancy remporte un palmarès 2013 étoffé d’appels à projets nationaux et internationaux, toujours très concurrentiels : 10 programmes lauréats pour près de 11 millions d’Euros.
Ces projets concernent des maladies fréquentes comme l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque ou certaines infections mais aussi des innovations diagnostiques et thérapeutiques de haute technicité et des projets au plus près des patients comme les soins infirmiers.
 
Dimension européenne pour le programme « Fibro-Targets » qui confie aux équipes du CHRU la direction et la coordination des travaux de médecine cardiovasculaire personnalisée dans une dizaine d’hôpitaux et de laboratoires à travers le monde.
 
Dimension nationale pour cinq autres projets sélectionnés par le ministère de la santé «DRAGET», «COLIFLOX», «PREVENIR», «ESTIM-RHTN», et le ministère de l’éducation nationale pour le projet de recherche translationnelle « TELARTA » sélectionné par l’Agence Nationale de la Recherche. Les équipes du CHRU vont mettre en synergie des travaux réalisés, non seulement à Nancy, mais aussi dans des dizaines d’autres hôpitaux français.
 
Dimension interrégionale pour quatre projets très innovants portés par des jeunes chercheurs de Nancy qui fédèrent des équipes d’Alsace, de Bourgogne, de Franche-Comté et de Champagne-Ardennes : « RéVeSTAN », « Embol-El », « BioSe-PrelC » et « STOP-Trial ». Cette dernière recherche se déroulera chez 80 médecins généralistes, en collaboration avec le Centre d’investigation clinique Plurithématique du CHRU de Nancy. L’étude vise à identifier les facteurs associés à la normalisation de l’hypertension artérielle après arrêt du traitement chez 300 patients traités depuis moins de 2 ans.
Pour plus d’information sur les projets, télécharger le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.