Recherche : nouvelle reconnaissance pour la belle dynamique du CHU Dijon Bourgogne

Fin février, le projet Initiatives Science, Innovation, Territoires, Economie porté par la communauté d'universités et d'établissements de Bourgogne Franche-Comté annonçait les lauréats de son second appel à projets. Parmi les 88 projets soumis, le Comité de Pilotage en a retenu 34. Plusieurs recherches portées par le CHU Dijon Bourgogne ou associant ses équipes figurent au titre de cette short-list. Au cours des dernières années, les équipes du CHU se sont fortement investies dans la recherche. Leur engagement a été reconnu avec l'évaluation positive du Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (HCERES) et la certification de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’innovation (DRCI).
Fin février, le projet "Initiatives Science, Innovation, Territoires, Economie" porté par la communauté d’universités et d’établissements de Bourgogne Franche-Comté annonçait les lauréats de son second appel à projets. Parmi les 88 projets soumis, le Comité de Pilotage en a retenu 34. Plusieurs recherches portées par le CHU Dijon Bourgogne ou associant ses équipes figurent au titre de cette short-list. Au cours des dernières années, les équipes du CHU se sont fortement investies dans la recherche. Leur engagement a été reconnu avec l’évaluation positive du Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES) et la certification de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’innovation (DRCI).
La sélection régionale vient confirmer les excellents résultats du CHU pour l’année 2017, avec 7 projets médicaux retenus dans le cadre des appels à projets nationaux et, pour la première fois, un projet paramédical soutenu au niveau national. 
Ces succès témoignent de la forte mobilisation et de l’investissement de toute la communauté hospitalière, tant pour la qualité des projets portés que pour la recherche de financements.
Parmi les projets développés par les équipes du CHU Dijon Bourgogne et retenus dans le cadre de l’appel à projets I-SITE BFC (Initiatives Science, Innovation, Territoires, Economie – Bourgogne Franche-Comté), on citera :
 
ADVANCES (Automatic detection of viable myocardiac segments considering deep networks / Détection automatique des segments myocardiques viables par des méthodes d’apprentissage profond) porté par le Docteur Alain Lalande, MCU-PH en Biophysique, en partenariat avec CASIS (CArdiac Simulation & Imaging Software – Logiciels d’analyse d’images médicales) et le laboratoire « Electronique, Informatique et Image » de l’université de Bourgogne et soutenu à hauteur de 309 000 € 

LIPOMAC (LXR-mediated phospholipid remodeling and macrophage functions relevance in the context of cardio-metabolic and autoimmune diseases / Pertinence dans le contexte des maladies cardio-métaboliques et auto-immunes de l’étude du remodelage des phospholipides par le récepteur LXR au niveau des fonctions macrophagiques) porté par le Professeur David Masson, PU-PH en Biochimie en collaboration avec le laboratoire « Lipides-Nutrition-Cancer » de l’université de Bourgogne, et soutenu à hauteur de 150 000 € 

INGUSP (Identification of New Genes in Unresolved Syndromic Phenotypes with developmental anomalies combining whole genome sequencing and rna sequencing / Identification de nouveaux gènes dans les phénotypes syndromiques non résolus avec anomalies du développement combinant le séquençage du génome entier et le séquençage de l’ARN) porté par le Professeur Christel Thauvin, PU-PH en Génétique, et soutenu à hauteur de 150 000 €. 
Le CHU Dijon Bourgogne collabore par ailleurs à trois projets retenus par le Comité de Pilotage d’I-SITE BFC : 
HoST-110 (Deciphering HSP110 as a target in colorectal cancer : from structure to drug design / HosT-110 portant sur la pertinence de HSP110 comme cible thérapeutique dans le cancer colorectoral) porté par Carmen Garrido, Directrice de recherche à l’INSERM 
ENGAGE (Elderly people living in instituion in eating situations), projet interdisciplinaire alimentation-santé piloté par Claire Sulmont-Rossé, chercheuse à l’INRA, qui développera des « stratégies engageantes » par le biais d’interventions permettant aux personnes âgées institutionnalisées de rester impliquées dans l’acte alimentaire 
EATERS (Brain mechanims of odor-induced taste enhancement in normal weight and obese populations), projet porté Charlotte Sinding, chercheuse à l’INRA, en lien avec les mécanismes cérébraux de l’amélioration du goût induit par les odeurs chez des populations de poids normal et obèses 
L’ensemble des projets a été étudié puis sélectionné par un comité d’experts internationaux au regard des 3 axes d’I-SITE BFC
• Axe 1 : Matériaux avancés, ondes et systèmes intelligents 
• Axe 2 : Territoires, Environnement, Aliments 
• Axe 3 : Soins globaux individualisés. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.