Recherche sur le tissu osseux et lutte contre l’ostéoporose

La faculté de médecine de Saint-Etienne abrite depuis quelques années le laboratoire de biologie du tissu osseux. Labellisé Inserm, ce laboratoire bénéficie d'une reconnaissance nationale et même internationale, notamment dans l'étude de la densité osseuse des astronautes. Première étude dans le monde, elle avait fait l'objet d'une publication dans The Lancet. Le Pr Christian Alexandre, rhumatologue au CHU de Saint-Etienne, présente l'activité de son laboratoire.

La faculté de médecine de Saint-Etienne abrite depuis quelques années le laboratoire de biologie du tissu osseux. Labellisé Inserm, ce laboratoire bénéficie d’une reconnaissance nationale et même internationale, notamment dans l’étude de la densité osseuse des astronautes. Première étude dans le monde, elle avait fait l’objet d’une publication dans The Lancet. Le Pr Christian Alexandre, rhumatologue au CHU de Saint-Etienne, présente l’activité de son laboratoire.

L’activité du laboratoire de biologie du tissu osseux est orientée vers quatre axes de recherche fondamentale qui sont :
– La mesure à l’échelon tissulaire, cellulaire et moléculaire de la réponse du tissu osseux à l’activité physique. Il s’agit d’un thème tout à fait original en France dont l’intérêt médical réside dans la prévention de la perte osseuse avec l’âge ou ostéoporose.
– La biologie cellulaire et moléculaire vise plus particulièrement à relier la forme et l’activité des cellules.
– La relation du tissu osseux avec la vascularisation et les hormones comme la leptine et les oestrogènes représente un axe est plus environnemental.
– La génétique ; les individus ne sont pas égaux devant l’activité physique.

Le Pr Christian Alexandre s’investit dans la recherche clinique ce qui représente 25% de l’activité du laboratoire.
Au programme : des études épidémiologiques sur différents types de population (par exemple des enfants pratiquant le football) ou l’expérimentation de médicaments dans le traitement de la polyarthrite.
Recherche fondamentale et recherche clinique sont donc associées dans la lutte contre l’ostéoporose. En outre, l’équipe Inserm travaille actuellement sur l’architecture de l’os en étudiant les conséquences de l’apesanteur sur le système osseux des astronautes. Elle est également associée à un projet européen portant sur la fracture du col du fémur. »

En apprenant le crash de la navette Columbia, les ligériens ont découvert qu’elle transportait également des cellules osseuses indispensables aux recherches effectuées dans le laboratoire du tissu osseux. « Ces pertes concernent plus particulièrement les travaux d’Alain Guignandon à qui il manquera malheureusement quelques résultats pour effectuer une publication très attendue. Il est certain que cela est dommageable mais ce n’est rien comparé aux pertes humaines subies. » explique le Pr Christian Alexandre.

Définition de l’ostéoporose
« Il ne s’agit pas véritablement d’une maladie mais d’une fragilité physiologique de l’os qui entraîne des fractures spontanées. L’atrophie débute après l’enfance mais c’est essentiellement une maladie féminine qui se manifeste après la ménopause en raison de l’absence d’oestrogènes. C’est une maladie silencieuse, sans douleur jusqu’à la fracture, et bien souvent non traitée. C’est aussi une maladie au coût élevé (1 milliard d’euros par an) et une maladie grave (30 % des femmes ayant eu une fracture du col du fémur meurent et 30 % restent invalides). Du fait de l’allongement de l’espérance de vie (un enfant sur deux qui naît aujourd’hui sera centenaire), il est devenu indispensable d’agir très tôt. Aussi, dès son plus jeune âge et tout au long de sa vie, tout individu doit avoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière conseille le Pr Christian Alexandre. Un dépistage est proposé aux femmes à risques à la ménopause grâce à la densitométrie osseuse qui sera bientôt remboursée ».
D’après un article d’Isabelle Zedda

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.