Recherche : une coopération à l’échelle de 3 départements et de 3 GHT

Les trois groupements hospitaliers de territoire du Maine-et-Loire, de Sarthe et de Mayenne ont décidé de rassembler leurs forces autour de la recherche clinique. Ils viennent de créer une Délégation à la recherche clinique et à l’innovation (DRCI) interdépartementale. Cette « maison de la recherche », commune à tous les établissements, sera coordonnée par le CHU d’Angers.
Les trois groupements hospitaliers de territoire du Maine-et-Loire, de Sarthe et de Mayenne rassemblent leurs forces autour de la recherche clinique. Pour donner plus d’ampleur et d’impact à cette activité phare, ils viennent de créer une Délégation à la recherche clinique et à l’innovation (DRCI) interdépartementale. Cette « maison de la recherche », commune à tous les établissements, sera coordonnée par le CHU d’Angers.
La DRCI rassemble autour du CHU angevin, les centres hospitaliers du Mans -qui dispose d’un Centre de recherche clinique labellisé-, de Laval, de Cholet et le Cesame (Centre de santé mentale angevin). Elle animera, pour les trois GHT, les missions hospitalo-universitaires de recherche à savoir le développement de la recherche biomédicale et notamment clinique, l’évaluation des produits et technologies biomédicales, le transfert des technologies de recherche vers le diagnostic et le traitement de pathologies, la diffusion des connaissances issues de la recherche et le développement de la recherche paramédicale.
La future maison de la recherche interdépartementale sera au service de tous les investigateurs et favorisera les collaborations entre cliniciens et chercheurs. Elle mettra à leur disposition l’expertise et les ressources adaptées, en particulier l’aide à la gestion des données, à la méthodologie et aux biostatistiques. Les activités de gestion, de promotion, de mise en place de partenariats et de valorisation des projets de recherche font également partie des domaines pour lesquels des moyens communs seront proposés.
Pour les accompagner dans cette organisation très attendue par tous de l’activité de recherche à l’échelle de l’hémi-région des Pays de la Loire, les trois GHT ont sollicité le soutien de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS).
Ce dispositif original a bénéficié de la dynamique initiée par HUGO* et de l’implication de Yann Bubien, alors Directeur général du CHU d’Angers et premier administrateur du Groupement.
* HUGO = Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.