Recherche : une étude pour améliorer la prévention du suicide

Environ 10 600 suicides surviennent chaque année en France, la Franche-Comté est quant à elle une région historiquement marquée par une surmortalité par suicide. Certains facteurs de risque du passage à l’acte suicidaire ont été identifiés, pourtant, rien ne permet aujourd’hui de prédire et d’anticiper un tel acte. Afin de mieux connaitre les facteurs de risque, mais aussi les facteurs de protection du passage à l’acte suicidaire comme la capacité à résister aux tentations et l'importance du lien social, le service de psychiatrie du CHRU de Besançon s’investit dans un projet de recherche. Les résultats de cette étude devraient permettre, à terme, d’améliorer la prévention du risque suicidaire

Environ 10 600 suicides surviennent chaque année en France, la Franche-Comté est quant à elle une région historiquement marquée par une surmortalité par suicide.  Certains facteurs de risque du passage à l’acte suicidaire ont été identifiés, pourtant, rien ne permet aujourd’hui de prédire et d’anticiper un tel acte. Afin de mieux connaitre les facteurs de risque, mais aussi les facteurs de protection du passage à l’acte suicidaire comme la capacité à résister aux tentations et l’importance du lien social, le service de psychiatrie du CHRU de Besançon s’investit dans un projet de recherche. Les résultats de cette étude devraient permettre, à terme, d’améliorer la prévention du risque suicidaire. 
L’inhibition cognitive est une compétence qui nous permet de résister quand il le faut aux habitudes, aux tentations, aux distractions et de s’adapter aux situations complexes. Cette fonction peut être déficiente du fait du vieillissement et de la dépression.
Afin d’identifier le lien existant entre l’inhibition cognitive et le risque de tentative de suicide, cette fonction va être évaluée par eye tracking – c’est-à-dire l’étude des mouvements oculaires – chez des patients âgés de 65 ans et plus ayant connu au moins un épisode dépressif majeur. Ces mesures seront complétées par des entretiens psychiatriques et un bilan neuropsychologique.
Il s’agit également de savoir si les relations sociales entretenues par les patients peuvent impacter positivement l’inhibition cognitive et empêcher le passage à l’acte suicidaire. Les capacités d’inhibition interviennent en effet sur les processus individuels et sociaux, dans la capacité du sujet à gérer des relations de façon adaptée. Ces interactions  pourraient avoir un rôle important et agir dans le sens d’une compensation de la diminution ou de la perte des capacités d’inhibition, et ainsi contribuer à la prévention des tentatives de suicides.
Si cette hypothèse selon laquelle il existe une corrélation entre suicide, inhibition cognitive déficiente et fragilisation ou absence de lien social est confirmée, des actions de prévention pourront être proposées.
Ce projet est soutenu par l ‘Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.