Reconstruction mammaire : le « Diep » technique nouvelle au CHU

La technique de reconstruction par lambeau libre de Diep complète l'éventail des solutions proposées par le service de chirurgie plastique du CHU de Nantes aux femmes opérées pour un cancer du sein.

La technique de reconstruction par lambeau libre de Diep complète l’éventail des solutions proposées par le service de chirurgie plastique du CHU de Nantes aux femmes opérées pour un cancer du sein.

Le Diep (deep inferior epigastric perforator flap) est une reconstruction autologue du sein, c’est-à-dire sans prothèse, à partir des tissus de la patiente prélevés au niveau de l’abdomen
 : un lambeau de peau et de graisse, vascularisé par une artère et une veine dites perforantes (issues des vaisseaux épigastriques inférieures profondes). Comme pour une transplantation d’organe, les vaisseaux sectionnés sont rebranchés au niveau du thorax avec l’aide d’un microscope. Deux chirurgiens officient, l’un s’occupant du prélèvement tandis que l’autre se charge des vaisseaux « receveurs » sur le thorax, sous les cartilages costaux ou dans le creux de l’aisselle. Dans un premier temps, le sein est reconstruit en volume, puis son aspect est corrigé pour l’harmoniser avec l’autre. Dans la grande majorité des cas, la patiente rentre chez elle cinq jours après l’intervention. Une deuxième intervention réalisée en ambulatoire quatre mois plus tard permet de faire les corrections nécessaires.
Le Diep présente de multiples avantages : infections rarissimes car il n’y a pas de corps étranger, aspect naturel, évolution symétrique dans le temps pour les deux seins (si la patiente grossit ou maigrit, par exemple, ses deux seins changent de volume simultanément). Au passage, le ventre reçoit une plastie de réduction abdominale, avec des séquelles limitées, dissimulables dans les sous-vêtements.
Le Diep est proposé depuis 2012 au CHU de Nantes, le taux d’échec est de 5 %.
http://www.chu-nantes.fr/brules-et-chirurgie-plastique–8869.kjsp?RH=1215419953829&RF=1215419953829

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.