Reconstructions mammaires : les nouvelles alternatives aux prothèses mammaires

A l'occasion du trosième congrès international sur les lambeaux perforants qui se tient à Amiens les 28,29 et 30 juin 2012, le CHU présente la technique dite autologue, c'est-à-dire sans prothèse...

A l’occasion du trosième congrès international sur les lambeaux perforants qui se tient à Amiens les 28,29 et 30 juin 2012, le CHU présente la technique dite autologue, c’est-à-dire sans prothèse…
La reconstruction mammaire par DIEP, après un cancer du sein : une des applications de la technique des lambeaux perforants (fragments de peau vascularisés)
Chaque année en France, 45 000 femmes découvrent qu’elles sont atteintes d’un cancer du sein, 15 000 subissent une ablation et 5 000 bénéficient d’une reconstruction mammaire. Pour retrouver le sein auquel elles ont dû renoncer pour vaincre la maladie, ces femmes peuvent choisir entre plusieurs techniques.
La technique du DIEP, de l’acronyme anglais de Deep Inferior Epigastric Perforator Flap, consiste à réaliser une autotransplantation en prélevant de la graisse et de la peau de l’abdomen de la patiente pour lui reconstruire un sein sans prothèse et de manière définitive.Cette intervention, d’une durée moyenne de 4 heures, fait appel à la microchirurgie pour assurer le travail minutieux de dissection et de revascularisation entre les vaisseaux du lambeau prélevé au niveau du bas ventre et ceux du thorax. Cette étape de « raccordement » très précise est d’ailleurs guidée sous microscope.
Contrairement aux prothèses qui doivent être changées au fil du temps, la reconstruction mammaire par auto transplantation est une reconstruction définitive sur laquelle le chirurgien ne reviendra plus. Le sein, « reconstruit sur mesure », évoluera naturellement avec la patiente en fonction de la variation de son poids, parallèlement au deuxième sein.
Prise en charge par l’Assurance Maladie dans le cadre d’un cancer du sein, l’intervention nécessite moins d’une semaine d’hospitalisation et deux mois d’arrêt des activités physiques et sportives. La reconstruction de l’aréole et du mamelon peut être réalisée dans un second temps et propose elle aussi plusieurs techniques (tatouage, autogreffe…)
En France, peu d’équipes pratiquent cette chirurgie de haute technicité. Le service de Chirurgie Plastique Reconstructive et Esthétique du CHU d’Amiens fait partie de ces rares centres et fait figure de référence dans ce domaine pouvant proposer aujourd’hui l’ensemble des techniques de reconstruction mammaire aux patientes de la région.
En savoir plus sur le congrès des lambeaux perforants
Organisé par l’Association de Chirurgie Reconstructrice et Esthétique de Picardie, le troisième congrès des lambeaux perforants réunira à Amiens des spécialistes du monde entier représentant une vingtaine de nationalités. Lors de cette nouvelle édition, l’équipe organisatrice (CHU d’Amiens et l’Institut Gustave Roussy) a choisi de porter une attention particulière sur la reconstruction mammaire dite autologue, sans prothèse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.