Réduire d’un 1/4 l’antibiorésistance en France en 5 ans : le défi relevé par le Pr Céline Pulcini

- 25 % d’ici 2024 ! Le Pr Céline Pulcini, CHRU de Nancy, nommée cheffe de projet national à l’antibiorésistance par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, organise la réduction de la consommation d’antibiotiques en France. Elle pilote la lutte contre l’antibiorésistance aux côtés du Pr Jérôme Salomon, Directeur général de la santé. Elle succède au Pr Christian Brun-Buisson, délégué ministériel à l’antibiorésistance, dont la mission a pris fin en novembre 2018.

– 25 % d’ici 2024  ! Le Pr Céline Pulcini, CHRU de Nancynommée cheffe de projet national à l’antibiorésistance par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, organise la réduction de la consommation d’antibiotiques en France. Elle pilote la lutte contre l’antibiorésistance aux côtés du Pr Jérôme Salomon, Directeur général de la santé. Elle succède au Pr Christian Brun-Buisson, délégué ministériel à l’antibiorésistance, dont la mission a pris fin en novembre 2018.
Docteur en Médecine, Céline Pulcini est professeur des universités – praticien hospitalier, infectiologue au sein du Service de Maladies Infectieuses et Tropicales du CHRU de Nancy. Elle coordonne l’axe interdisciplinaire ANTIBIOVAC qui mène des projets de recherche sur le bon usage des antibiotiques et les pratiques vaccinales, l’objectif étant de prévenir l’émergence de la résistance bactérienne aux antibiotiques. Elle intervient au sein de l’unité de recherche en santé publique de l’Université de Lorraine, avec le Pr Nathalie THILLY
Le Pr Pulcini a été expert pour le Plan National Antibiotiques du Ministère de la Santé ainsi que pour la préparation du rapport Carlet-le Coz dont est issue la feuille de route actuelle pour la maîtrise de l’antibiorésistance. Référente pour le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et pour l’OMS, elle préside ESGAP, le groupe de travail européen de l’ESCMID (société européenne de Microbiologie et Maladies Infectieuses) sur le bon usage des antibiotiques. Elle est également membre du conseil d’administration de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française. Elle a reçu en 2017 le prix du Meilleur jeune chercheur de la société européenne de Microbiologie et Maladies Infectieuses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.