Réflexions autour Diagnostic génétique Pré-Implantatoire

En France, trois centres sont autorisés à pratiquer le Diagnostic Pré-Implantatoire (DPI) : Paris, Strasbourg et Montpellier. Le centre de Diagnostic Pré-Implantatoire du CHU de Montpellier a démarré ses activités en juin 2003. Forte de ses deux années d'expérience, l'équipe de Montpellier a convié les médecins à une réflexion sur les aspects médicaux, humains, religieux et philosophiques le 22 décembre 2005.

En France, trois centres sont autorisés à pratiquer le Diagnostic Pré-Implantatoire (DPI) : Paris, Strasbourg et Montpellier. Le centre de Diagnostic Pré-Implantatoire du CHU de Montpellier a démarré ses activités en juin 2003. Forte de ses deux années d’expérience, l’équipe de Montpellier a convié les médecins à une réflexion sur les aspects médicaux, humains, religieux et philosophiques le 22 décembre 2005.

Questions autour d’une prouesse médicale
Spécialistes et représentants des communautés religieuses et philosophiques ont abordé l’aspect provocateur de cette technique, la spécificité de la demande des couples et ont exprimé leurs diverses positions sur ce progrès médical.

Définition
Le diagnostic génétique pré-implantatoire est pratiqué depuis 1990 dans le monde. Il s’adresse à des couples fertiles ou infertiles ayant une maladie génétique grave héréditaire. Il nécessite de nombreuses compétences autour du couple. Gynécologues, biologistes de la reproduction, cytogénéticiens, biologistes moléculaires, généticiens cliniques, et psychologues travaillent ensemble. A Montpellier 11 enfants sont déjà nés, tous indemnes de la maladie grave génétique héréditaire qui risquait de leur être transmise, 13 autres sont attendus.

La loi de bioéthique de 1994 et 2004 définit clairement les indications de pratique du DPI ; elles ne peuvent concerner que les maladies d’une particulière gravité et incurables au moment du diagnostic. Les couples sont inclus dans un protocole de fécondation in-vitro. Le DPI consiste à réaliser le diagnostic d’une anomalie génétique à partir d’une ou deux cellules prélevées sur l’embryon humain in vitro. Il permet de transférer in utero le ou les embryons indemnes de la maladie recherchée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.