Regroupement de l’hépato-gastro-entérologie au groupe hospitalier Sud

La 1ère pierre du futur pôle d'excellence d'hépato-gastro-entérologie d'une capacité de 279 places et lits sera posée vendredi 13 décembre 2013. Cette opération comprend la construction d’un bâtiment neuf de 15 473 m², la rénovation partielle de la Maison du Haut-Lévêque sur 11 200 m² et la création d'un plateau technique pour un coût total de 58,7 millions d’euros. Une restructuration attendue depuis des années...

La 1ère pierre du futur pôle d’excellence d’hépato-gastro-entérologie d’une capacité de 279 places et lits sera posée vendredi 13 décembre 2013. Cette opération comprend la construction d’un bâtiment neuf de 15 473 m², la rénovation partielle de la Maison du Haut-Lévêque sur 11 200 m²  et la création d’un plateau technique pour un coût total de 58,7 millions d’euros.

Une restructuration attendue depuis des années par les acteurs de la discipline dont l’activité s’est trouvée dispersée au fil des ans sur les trois groupes hospitaliers du CHU*. Les enjeux sont à la fois hospitaliers et universitaires. Il s’agit de structurer l’ensemble des prises en charge des pathologies digestives autour d’un chemin thérapeutique plus cohérent avec à la clé une amélioration de la qualité des soins, un développement de la chirurgie ambulatoire et de l’hopitalisation de jour et une optimisation du plateau technique existant. Le regroupement des unités dont celles d’anesthésie-réanimation va faciliter les liaisons fonctionnelles entre la cardiologie et la chirurgie thoracique et la mutualisation des ressources humaines et matérielles.  La nouvelle organisation dynamisera la recherche clinique en créant une unité dédiée. Les travaux seront achevés en juillet 2016.
"Ce projet est le fruit d’une réflexion «transdisciplinaire» dans une perspective de prise en charge globale du patient. Toute la chaîne des intervenants a été associée, des urgences à l’oncologie, en passant par l’imagerie et l’anesthésie-réanimation." rappelle Philippe Vigouroux, Directeur général du CHU de Bordeaux
Principales pathologies traitées
Les pathologies digestives : cancers digestifs, maladies inflammatoires de l’intestin (maladie de Crohn, recto-colite hémorragique), troubles fonctionnels digestifs (colopathie, dyspepsie, constipation, incontinence anale), proctologie, cirrhose du foie, hépatites virales (B, C), maladies des voies biliaires (calculs, tumeurs) et du pancréas (pancréatites), transplantation hépatique.
Les défis
Cette opération complexe associe la création d’un bâtiment neuf de 15.473 m² et la rénovation partielle de la Maison du Haut-Lévêque.sur 11 200 m².
Pour mener à bien ce projet les concepteurs ont relevé trois défis :
Un défi urbanistique et architectural : intégrer un nouveau bâtiment dans le site en respectant son environnement naturel, en lui conférant sa propre image de pôle Hépato-Gastro-Entérologique (HGE), tout en créant des relations fortes et fonctionnelles avec les bâtiments existants de Cardiologie, de la Maison Haut Lévêque (MHL) et de la Radiothérapie (RTH)
Un défi sanitaire : réussir l’implantation d’un pôle complet, moderne et performant en phase avec les exigences actuelles et futures
Un défi d’efficience économique : réussir un projet ambitieux tout en préservant une équation économique globale pertinente sur le long terme
Données repères
Le site du Haut-Lévêque offre une accessibilité maximale aux patients qui viennent en soins externes ou en hospitalisation : proximité de la rocade, proximité de l’autoroute et bientôt, du tramway. Cette localisation positionne l’hépato-gastro-entérologie dans la continuité et à proximité de services prescripteurs majeurs tels que la pneumologie, la chirurgie thoracique afin d’améliorer les synergies médicales autour des patients.
Calendrier de réalisation
. Le projet de regroupement a été validé fin 2005 par le directeur général, le président de la CME et les représentants de la discipline
. Acceptation du projet par les pouvoirs publics : 2009
. Pose de la première pierre : décembre 2013
. Fin de la construction du bâtiment neuf : septembre 2015
. Restructuration de la MHL : janvier 2015 à juillet 2016
Coût estimé de l’opération : 58,7 millions d’euros (travaux et équipements).
Le plateau technique optimisé et commun, regroupe plusieurs unités en un même lieu : blocs opératoires, salles de surveillance post-interventionnelle, unités de réanimation digestive et thoracique et centres d’endoscopie digestive.
– 10 salles de blocs opératoires dont 2 dédiés à l’ambulatoire
– 22 salles de surveillance post interventionnelles
– 5 salles d’endoscopie digestive
– 1 plateau de consultation mutualisé avec ses salles techniques
– 2 salles d’imagerie interventionnelles
Au total 270 lits
– 156 lits d’hospitalisation complète en hépato gastro entérologie médical et chirurgical
– 35 lits de réanimation et soins intensifs
– 49 lits en chirurgie thoracique
– 30 places en ambulatoire
L’aspect architectural
Architectes : FAYAT BATIMENT, ART & BUILD, BDM
Le projet s’insère à la lisière de la forêt existante, entre les 3 bâtiments dont il doit assurer la connectivité, et en liaison directe avec la future station de tramway de l’avenue du Haut Lévêque.
Les maîtres d’œuvre ont veillé à respecter la structure du site en développant un bâtiment à proximité immédiate des autres bâtiments et à préserver le schéma global de circulation sur l’ensemble du site. Il ont mis en évidence l’entrée commune aux différents bâtiments.
Implanté de manière à s’ouvrir sur l’extérieur et la nature qui l’entoure, le futur pôle s’articule autour de deux patios et développe ses façades en longueur soit vers le bois au Sud- Est, soit vers le Nord Ouest ou s’organise un « jardin intérieur ». C’est un projet qui développe le concept de l’hôpital-jardin dans lequel le visiteur ou le patient est accueilli au travers d’une intervention paysagère qui accompagne le piéton en permanence.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.