Regroupement des activités de biologie hospitalières et de recherche

L'un des objectifs stratégiques du CHU est de regrouper ses activités de biologie avec les activités de recherche de l'Université Ce dessein, sur lequel il travaille depuis plusieurs années en collaboration avec l'Université, se concrétisera fin 2008 avec l'ouverture d'un nouveau bâtiment. Celui-ci accueillera à la fois le Plateau Biologique Hospitalier (PBH) du CHU d'Angers et l'Institut de Recherche et d'Ingénierie de la Santé (IRIS) de l'Université.

L’un des objectifs stratégiques du CHU est de regrouper ses activités de biologie avec les activités de recherche de l’Université Ce dessein, sur lequel il travaille depuis plusieurs années en collaboration avec l’Université, se concrétisera fin 2008 avec l’ouverture d’un nouveau bâtiment. Celui-ci accueillera à la fois le Plateau Biologique Hospitalier (PBH) du CHU d’Angers et l’Institut de Recherche et d’Ingénierie de la Santé (IRIS) de l’Université.

Emblématique de la dimension hospitalo-universitaire du CHU, le regroupement géographique d’activités hospitalières et de recherche permettra d’améliorer la qualité des actes biologiques au profit des patients et de développer des synergies fortes entre les activités biologiques et les activités recherche. Enfin l’optimisation des ressources humaines et des moyens matériels affectés au domaine de biologie sera très largement renforcée.

Le nouveau bâtiment réunira plus de 500 personnes (360 au titre du CHU et 250 au titre de la faculté) qui, à ce jour, exercent sur différents sites. Ainsi, les 11 laboratoires du pôle biologique du CHU sont implantés sur 7 sites distants. C’est dire si l’ouverture de ce bâtiment va induire des changements profonds dans l’organisation des activités de biologie et de recherche. La notion de pôle d’activité, imposée par les ordonnances récentes relatives à la gouvernance hospitalière, trouvera là une application caractéristique.

Après plusieurs années de réflexion commune pour établir un programme technique détaillé, le CHU et l’Université ont lancé un concours d’architecture en juin 2004. Le projet du cabinet « AIA – CERA. » de Nantes a été retenu. L’avant-projet sommaire a été validé en septembre de cette année. Le coût des travaux (PBH + IRIS), en valeur janvier 2004, est globalement de 28.800.000 € hors taxe pour une surface à construire – sur 4 niveaux – de 20.440 m² répartis de la façon suivante : 58% pour les activités hospitalières, (CHU), et 42 % pour les activités de recherche, (Université).

Le budget alloué à la construction et la mise en service du bâtiment s’élèvera, toutes dépenses confondues et en valeur finale fin 2008, à 29,2 millions d’euros au seul titre des activités biologiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.