Réhabilitation améliorée après chirurgie: Nancy, référent pour la RAAC sur le Grand Est

Dans le cadre de la démarche de développement de la Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (RAAC) orchestrée par l’ARS Grand-Est, le service de Chirurgie digestive, hépatobiliaire, endocrinienne et cancérologique du CHRU de Nancy a été retenu comme l’un des deux référents, aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, en chirurgie digestive pour la région Grand Est.
Dans le cadre de la démarche de développement de la Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (RAAC) orchestrée par l’ARS Grand-Est, le service de Chirurgie digestive, hépatobiliaire, endocrinienne et cancérologique du CHRU de Nancy a été retenu comme l’un des deux référents, aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, en chirurgie digestive pour la région Grand Est.
La réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC) consiste à proposer aux patients un ensemble de mesures avant, pendant et après l’opération, destinées à réduire l’agression et le stress liés au geste chirurgical et à améliorer la récupération du patient. En novembre 2018, le CHRU de Nancy a obtenu le label GRACe (Groupe francophone de réhabilitation améliorée après chirurgie) soulignant son engagement à proposer aux patients des prises en charges optimales. 

5 services candidats de la Grande Région

Le rôle du service référent nommé par l’ARS consiste à encadrer sur une année, 5 services candidats de la Grande Région souhaitant développer la RAAC au sein de leur établissement. Il mettra ainsi à disposition l’ensemble de son savoir-faire, ses compétences et connaissances en matière de parcours de soins, protocoles cliniques, préparation du patient avant l’hospitalisation, suivi après la sortie d’hospitalisation, astuces pratico-pratiques – techniques, organisation, implication des équipes et pilotage, etc. L’ARS accompagne 24 services de chirurgie du Grand Est pour développer cette pratique. 

Echanges d’expériences et plans d’actions

Le 28 mai 2019, le CHRU de Nancy a accueilli une première journée d’échanges et un retour d’expériences sur cette procédure dans le but de présenter l’historique de la démarche, le parcours de soins et l’organisation, le protocole d’anesthésie et de chirurgie, l’évaluation et les résultats de la RAAC, en présence des équipes de chirurgie digestive des CH de Remiremont, Verdun, Haguenau, de la clinique Sainte-Barbe et de la clinique Saint-François à Strasbourg. La prochaine étape aura lieu au mois de septembre pour une mise en commun des plans d’actions. Le service Chirurgie digestive, hépatobiliaire, endocrinienne et cancérologique référent du CHRU de Nancy pourra ainsi faire bénéficier de son expérience aux candidats. 

L’équipe référente RAAC du CHRU de Nancy: 

Pr Adeline Germain (chirurgien digestif)
Nathalie Viel (cadre supérieure de santé)
Romuald Zadra (cadre de santé apprenant), Sandra Crepin (cadre de santé)
Emilie Hergalant (infirmière diplômée d’Etat coordination RAAC)
 Pr Claude Meistelman (anesthésiste)
Dr Julien Birckener (anesthésiste)
Michèle Bronner (directrice adjointe) 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.