Réhabilitation du site Gabriel Montpied à Clermont-Ferrand : les travaux du nouveau bâtiment «GM3» sont lancés !

Lancée à l’occasion du conseil de surveillance du CHU de Clermont-Ferrand du 14 février 2019, la construction du bâtiment GM3 constitue une étape majeure de reconfiguration du site Gabriel Montpied, permettant de mener à bien les opérations de désamiantage. La particularité de GM3 consistera à réaliser une vraie jonction physique et fonctionnelle avec le Centre de lutte contre le cancer Jean Perrin, permettant de renforcer les coopérations entre les deux établissements.

Lancée à l’occasion du conseil de surveillance du CHU de Clermont-Ferrand du 14 février 2019, la construction du bâtiment GM3 constitue une étape majeure de reconfiguration du site Gabriel Montpied, permettant de mener à bien les opérations de désamiantage. La particularité de GM3 consistera à réaliser une vraie jonction physique et fonctionnelle avec le Centre de lutte contre le cancer Jean Perrin, permettant de renforcer les coopérations entre les deux établissements.
A l’occasion du conseil de surveillance du CHU, jeudi 14 février 2019, le Dr Jean-Yves Grall, directeur général de l’agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes, a confirmé le lancement des travaux du nouveau bâtiment GM3 du site Gabriel Montpied, devant Olivier Bianchi, président du conseil de surveillance du CHU, maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole, Didier Hoeltgen, directeur général du CHU de Clermont-Ferrand, le Pr Henri Laurichesse, président de la commission médicale d’établissement et le Pr Pierre Clavelou, doyen de la faculté de médecine et des professions paramédicales. Cela a été l’occasion de saluer l’engagement de l’ensemble de la communauté hospitalière et des financeurs du projet.

Une réorganisation des filières de soins

Fin 2016, débutait la déconstruction de l’aile HO libérée de toute occupation, pour s’achever fin 2018. Elle sera remplacée par le nouveau bâtiment GM3, dont le Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins (Copermo) a confirmé le plafonnement à 50 M€, avec un financement provenant pour moitié de la vente de l’Hôtel Dieu à 25 M€ et pour moitié par emprunt nouveau.
Dans le contexte de ce programme de travaux, le Conseil de surveillance du CHU de Clermont-Ferrand a adopté le 4 juillet 2018 son nouveau projet médical d’établissement 2018-2022 et du schéma directeur immobilier. Le futur bâtiment GM3 traduit une partie des ambitions de ce projet médical. Il permettra d’organiser de manière plus cohérente les filières de soins de l’ensemble du CHU et de mieux répartir les disciplines sur les sites.Ce nouveau bâtiment va également permettre de repositionner l’activité d’hospitalisation de chirurgie cardiaque (réanimation, soins continus et hospitalisation conventionnelle) et s’accompagnera de la suppression du bloc dédié par transfert de l’activité au sein du bloc central. Ce transfert marquera la fin du programme de réduction du nombre de sites opératoires. Le CHU sera ainsi passé en 15 ans de 10 blocs opératoires à 2 ensembles de blocs chirurgicaux et 1 bloc obstétrical.L’opération GM3 sera aussi l’occasion de reconfigurer le service d’accueil des urgences permettant de faire face à l’augmentation régulière de l’activité et d’accueillir dans de meilleures conditions les patients s’y présentant. Il permettra en outre l’implantation d’une hélistation, et sa passerelle, en terrasse du bâtiment reliée directement au service des urgences. L’estimation des surfaces à construire est d’environ 19 000 m² de surface dans oeuvre(SDO) pour une cible de coût total du projet de 53,8 M€ TDC valeur fin de chantier.Ce montant inclut l’intégration dans le bâtiment de l’unité d’hémodialyse dont le coût déconstruction d’environ 3,8 M€ sera financé par l’économie faite sur les coûts de location hors du site actuel.

5 opérations majeures pour 201 millions d’euros

L’évolution du CHU et notamment du site Gabriel Montpied s’est faite par ajout successifs de bâtiments satellites autour du tripode historique de 1958. Ce tripode floqué d’amiante ancre les entrées nord et sud comme axes principaux des circulations horizontales au sein du site, le bâtiment historique HC accueillant les circulations verticales irriguant l’ensemble hospitalier.Cette réhabilitation a démarrée en 2010 et s’articule en cinq opérations majeures et pour un coût global de 201 millions d’euros.
– 2010 : livraison du bâtiment HND de 250 lits pour un coût de 60 M€.
– 2013 à 2015 : désamiantage des bâtiments HNA et HNB pour un coût de 36,8 M€.- 2016 à 2018 : désamiantage et déconstruction du bâtiment HO, opération exemplaire d’un désamiantage en milieu occupé, qui vient de s’achever pour un coût prévisionnel de 15,3 M€.
– A compter de 2019 : appel d’offre pour concours de maitrise d’oeuvre et étude des propositions architecturales pour la construction du bâtiment GM3- A partir de 2021 : construction du bâtiment GM3 pour un coût de 50 M€ dont l’achèvement est prévu pour 2024.
– A partir de 2024 : livraison de GM3 permettant de mettre en oeuvre la dernière opération d’envergure avec le désamiantage, l’écrêtage et la réhabilitation du bâtiment HC pour un coût prévisionnel de 13 M€ puis le désamiantage et la déconstruction du bâtiment HE pour un coût prévisionnel de 21,5 M€.

Un vaste programme de désamiantage et de réhabilitation

Il s’agit donc d’une opération majeure lancée depuis près de dix ans et consistant à désamianter, déconstruire et reconstruire, en site occupé, les bâtiments historiques du site Gabriel Montpied qui comprenaient des services de consultation et 560 lits d’hospitalisation.Les montants du désamiantage et de la déconstruction se montent à 91 M€ et sont intégralement financés par le ministère chargé de la Santé, dans le cadre de l’enveloppe nationale de mise aux normes.
A ce jour, les ailes HNA et HNB ont été entièrement désamiantées et réhabilitées. Aupied de ces deux ailes, un bloc d’imagerie pour des scanners et IRM a été construit dansle cadre du projet global.
Le programme capacitaire du bâtiment GM3 arrêté par le CHU est basé sur 245 lits d’hospitalisation complète, 36 places d’hospitalisation de jour, 28 lits d’unité d’hospitalisation de courte durée, ainsi que 24 postes de dialyse actuellement installés dans un bâtiment loué à l’extérieur du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.