Réimplantation d’un avant-bras : succès chirurgical et dans la synchronisation des équipes

Un jeune homme dont l’avant-bras a été arraché par une machine agricole dans le Var a été opéré avec succès à la Timone (AP-HM), 3 heures et demi seulement après son accident. Une prouesse chirurgicale et dans la parfaite synchronisation des équipes du SAMU et du service de chirurgie de la main dont se félicite le Dr André Gay, chirurgien. En effet passé le délai des 6 heures fatidiques, la réimplantation est contre-indiquée, du fait de lésions irréversibles dans les muscles.
Un jeune homme dont l’avant-bras a été arraché par une machine agricole dans le Var a été opéré avec succès à la Timone (AP-HM), 3 heures et demi seulement après son accident. Une prouesse chirurgicale et dans la parfaite synchronisation des équipes du SAMU et du service de chirurgie de la main dont se félicite le Dr André Gay, chirurgien. En effet passé le délai des 6 heures fatidiques, la réimplantation est contre-indiquée, du fait de lésions irréversibles dans les muscles. 

Retour sur les événements
Le 21 juillet à 9h, un ouvrier de 32 ans a eu l’avant-bras complètement arraché par une machine agricole dans l’entreprise varoise où il travaillait. Grâce à une parfaite coordination entre le SAMU et le service de chirurgie de la main dirigé par le Pr Régis Legré à la Timone (AP-HM), l’intervention de réimplantation a pu débuter au bloc opératoire de la Timone 2 à 12h30, soit trois heures et demie seulement après l’accident.  

Le Dr Gay a pu éviter au patient l’amputation en réimplantant l’avant-bras après une intervention très délicate qui a duré près de 6 heures.  « Dans son malheur, ce jeune homme a eu la chance de bénéficier d’une prise en charge très rapide, grâce au SAMU et aux réflexes des sauveteurs qui ont immédiatement placé le membre dans la glace », souligne le Dr Gay. « Les conditions de transport, par hélicoptère, et le bon fonctionnement de la filière des traumatismes graves des membres que nous avons mise en place à l’AP-HM avec le Pr Legré et le SAMU, nous ont permis d’opérer ce patient dans un délai très rapide, maximisant ainsi les chances de succès de la réimplantation ».  

Intervention très rare
Cette intervention, très rare, se déroule en plusieurs étapes : stabilisation de l’os, puis revascularisation par suture des vaisseaux. La seconde partie, la plus longue, consiste à recoudre les nerfs, tendons et muscles de la façon la plus minutieuse possible, pour donner au patient le maximum de chances de récupérer graduellement le fonctionnement de sa main. « Toutefois, on ne pourra pas établir un pronostic fonctionnel avant trois à six mois », précise le Dr Gay.  
Fort heureusement, ce type d’accident reste exceptionnel, grâce aux mesures de prévention des accidents du travail. Mais le Dr Gay a déjà eu l’occasion de réimplanter la main de quatre patients, qui, dans les cas les plus favorables, ont pu récupérer un fonctionnement pratiquement normal après une rééducation spécialisée. 

« Pour les réimplantations au-dessus du niveau de la main, la récupération est plus longue et la rééducation plus complexe », indique le Dr Gay, « car en plus des muscles de la main, les muscles de l’avant-bras et du poignet doivent être réparés, rééduqués et ré-innervés ».  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.