Reims : 30 ans de greffes rénales et + de 1 000 transplantations

En 1986, le Dr Olivier Toupance, néphrologue, réalisait les premières greffes rénales au CHU de Reims. 30 ans plus tard l'activité est en plein essor. Le CHU recense plus de mille greffes rénales dont plusieurs dizaines à partir de donneurs vivants. Pour marquer cet anniversaire d'une pierre blanche, une conférence est organisée le 21 novembre 2017 en présence de toutes les parties prenantes de la chaîne du don, familles de donneurs, infirmière coordinatrice, médecin coordonnateur des prélèvements d’organes et de tissus, néphrologue, urologues, patients receveurs.
En 1986, le Dr Olivier Toupance, néphrologue, réalisait les premières greffes rénales au CHU de Reims. 30 ans plus tard l’activité est en plein essor. Le CHU recense plus de mille greffes rénales dont plusieurs dizaines à partir de donneurs vivants. Pour marquer cet anniversaire d’une pierre blanche, une conférence est organisée le 21 novembre 2017 en présence de toutes les parties prenantes de la chaîne du don, familles de donneurs, infirmière coordinatrice, médecin coordonnateur des prélèvements d’organes et de tissus, néphrologue, urologues, patients receveurs.

La grande aventure de la transplantation

L’histoire commence en 1952, date de la première greffe rénale française réalisée à partir d’un donneur vivant. La découverte de la Ciclosporine et sa mise sur le marché en 1982 ont permis l’essor des transplantations. A l’époque, les champardennais en attente de transplantations rénales devaient se rendre à l’hôpital Necker à Paris. C’est dans cet établissement que le Dr Olivier Toupance, néphrologue, a été formé à la transplantation rénale. Il apportera son expérience afin qu’en 1986, les premières greffes rénales au CHU de Reims soient réalisées grâce à la mobilisation de nombreux professionnels de l’établissement parmi lesquels urologues, immunologistes et anesthésistes. L’établissement figure alors parmi les premiers centres hospitaliers à développer cette activité. Et désormais, chaque année 50 patients bénéficient d’une transplantation rénale dont 7 environ sont effectuées par donneur vivants (15%).

30 années de greffes rénales à Reims

►Histoire d’une première au CHU il y a 30 ans, la transplantation rénaleDr Véronique REITER-CHENEL, médecin coordonnateur des prélèvements d’organes et de tissus
Dr Olivier TOUPANCE, néphrologue

►L’ aventure continue, la transplantation rénale à partir d’un donneur vivant
Dr Vincent VUIBLET, néphrologue
Dr Charlotte BEHETS, chirurgienne vasculaire
►La greffe aujourd’hui, un établissement mobilisé
Dr Priscilla LEON, urologue
Dr Charlotte COLOSIO, néphrologue
►Le don en 2017, un geste qui nous concerne tous
Daphnée STEVENOT, infirmière coordinatrice des prélèvements d’organes et de tissus
Françoise ROSSIGNON, infirmière coordinatrice de transplantation
Les quatre parties seront ponctuées de témoignages de patients receveurs, de couples donneurs vivants et de familles de donneurs interviewés par le Pr Marie-Laurence POLIMEROL, chirurgien pédiatrique.
La greffe rénale en France
En France, plus de 85% des dons proviennent de donneurs décédés essentiellement en mort encéphalique et un peu plus de 10% sont issus de de donneurs vivants.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.