4 établissements, une direction commune. Tel est l'enjeu de la convention passée entre le centre hospitalier Auban-Moët d'Epernay, le centre hospitalier de Montmirail, l'EHPAD Jean Collery d'Ay et le centre hospitalier universitaire (CHU) de Reims. Signé le 28 juin, l'accord est entré en vigueur le 26 septembre 2016.
4 établissements, une direction commune. Tel est l’enjeu de la convention passée entre le centre hospitalier Auban-Moët d’Epernay, le centre hospitalier de Montmirail, l’EHPAD Jean Collery d’Ay et le centre hospitalier universitaire (CHU) de Reims. Signé le 28 juin, l’accord est entré en vigueur le 26 septembre 2016. 
Dans ce cadre, chaque établissement conservera sa personnalité juridique, son autonomie financière ainsi que ses propres instances. Dominique De Wilde, directrice générale du CHU de Reims assurera l’exécution des délibérations des conseils de surveillance, les missions imparties au chef d’établissement (pour chacune des structures). Elle veillera à la mise en œuvre du projet médical commun qui structurera l’offre de soins. Un directeur délégué en charge de la gestion quotidienne et de l’animation de la démarche stratégique a été désigné.
Renforcer les collaborations
Un projet médical commun est du reste mis en place pour  renforcer  les collaborations entre Epernay et Reims. Celui-ci a pour objectif principal d’assurer, avec l’appui des équipes du CHU, la pérennité des activités du Centre Hospitalier Auban-Moët, afin d’offrir aux patients des soins hospitaliers de proximité et de qualité.
Ce projet médical s’attachera ainsi à garantir un égal accès aux spécialités médicales à la population du bassin sparnacien, à reconstruire une offre chirurgicale publique efficiente et compétitive, à garantir la qualité et l’efficience des activités médico-techniques (imagerie et biologie), et à fluidifier la circulation des informations médicales tout au long du parcours des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.