Rein : greffe robot-assistée pour patient obèse, Toulouse signe une 1ère européenne

En mai et juin 2016 deux patients présentant une obésité, sévère pour l'un et morbide pour l'autre, ont bénéficié d’une greffe rénale robot-assistée au CHU de Toulouse. Le premier patient de 105 kg pour 1,63 m avait un indice de masse corporelle (IMC) de 37 (obésité sévère) et le second pesant 130 kg pour 1,80 m présentait un IMC à 40 (obésité morbide).
En mai et juin 2016 deux patients présentant une obésité, sévère pour l’un et morbide pour l’autre, ont bénéficié d’une greffe rénale robot-assistée au CHU de Toulouse. Le premier patient de 105 kg pour 1,63 m avait un indice de masse corporelle (IMC) de 37 (obésité sévère) et le second pesant 130 kg pour 1,80 m présentait un IMC à 40 (obésité morbide). Habituellement, ces personnes ne sont pas éligibles à une transplantation rénale classique du fait des difficultés d’accès au site opératoire, dues à l’obésité elle-même, mais également aux co-morbidités associées qui favorisent la survenue de nombreuses complications en per et post opératoire.
Réalisée jusqu’à ce jour uniquement à Chicago (Etats-Unis), l’intervention toulousaine constitue donc une première européenne. Une innovation qui élargit le champ des indications de la chirurgie robot assistée sur patients à risques, obèses sévères* ou morbides**.
L’innovation s’est déroulée un an après le début de l’activité greffe rénale robot-assistée au CHU de Toulouse. L’intervention a été réalisée par le Docteur Nicolas Doumerc aux commandes de la console. Ce chirurgien urologue, expert en chirurgie robotique exerce au sein du Département d’Urologie-Andrologie et Transplantation Rénale de l’Hôpital Rangueil, dirigé par le Pr Michel Soulié. 
Tour du monde de la transplantation rénale robot-assistée
Si l’utilisation du robot s’étend à plusieurs types de chirurgie même lourdes (urologique, gynécologique, ORL, thoracique, digestive, vasculaire et pédiatrique), ce n’est pas le cas pour la transplantation rénale. Pourtant, les avantages pour le patient sont multiples : diminution de la taille de la cicatrice, atténuation de la douleur et du risque d’épanchement de liquide lymphatique, post-opératoire moins lourd, durée moyenne de séjour diminuée, etc… 
Depuis 2010, seuls 300 patients dans le monde (particulièrement en Inde et aux USA) ont pu bénéficier de transplantation robot assistée, dont 30 en Europe, essentiellement en Espagne et en France, notamment à Toulouse. En effet, le CHU de Toulouse a fait le choix d’établir un programme évolutif de cette chirurgie innovante avec une victoire en 2015 : une 1ère mondiale, la transplantation rénale robot-assistée avec extraction du rein de la donneuse et introduction du greffon sur la receveuse par voie vaginale par le Docteur Nicolas Doumerc, et le Docteur Federico Sallusto. 
Depuis, l’établissement est devenu une référence pour la transplantation rénale robotique notamment pour les patients à risques.
Ces interventions ont pu être envisagées grâce à une chaîne de collaboration médicale et chirurgicale : le Professeur Nassim Kamar (Chef du Département de Néphrologie et Transplantation Rénale) qui a évalué la faisabilité médicale de cette transplantation innovante dans le cas d’obésité, le Docteur Federico Sallusto, chirurgien urologue, coordonnateur de la transplantation rénale au CHU de Toulouse, qui a donné le feu vert chirurgical en tenant compte des pathologies associées des patients et, bien sûr, le Docteur Nicolas Doumerc qui a pris les commandes du robot pour greffer.
Le CHU de Toulouse se trouve ainsi à la pointe de la chirurgie robotique en transplantation rénale pour les patients obèses mais également en chirurgie du rein hors greffe pour le même type de patient puisque, dernièrement, c’est une néphrectomie robot-assistée pour cancer du rein qui a été réalisée sur un patient de 205 kg pour 1,79 m et un IMC à 64.
Les équipes médicales impliquées à l’hôpital Rangueil
· Département d’Urologie-Andrologie et Transplantation Rénale
Pr. Michel Soulié (Chef du Département) – Pr. Pascal Rischmann – Pr. Xavier Gamé
Dr Nicolas Doumerc – Dr Federico Sallusto
Dr Jean-Baptiste Beauval – Dr Mathieu Roumiguié
· Département de Néphrologie et Unité de Transplantation d’Organes
Pr. Nassim Kamar (Chef du Département)
Dr Laure Esposito – Dr Olivier Cointault
· Pôle Anesthésie-Réanimation
Pr.Olivier Fourcade – Dr Bernard Georges
Dr Charlène Leviland – Dr Pierre Masquère – Dr Karim Taj
*IMC entre 35 et 40
**IMC ≥ 40

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.