Réinventer l’hôpital de demain : 3e journée de l’innovation

Depuis bientôt 10 ans, le CHRU de Besançon et les PME spécialisées dans la santé - regroupées au sein du pôle de compétitivité en microtechniques - relèvent le défi d'une alliance public-privé pour mieux innover. Objectif : passer de l’idée ou d’un besoin de dispositif médical innovant à sa réalisation et à sa mise à disposition au bénéfice des patients.

Depuis bientôt 10 ans, le CHRU de Besançon et les PME spécialisées dans la santé – regroupées au sein du pôle de compétitivité en microtechniques – relèvent le défi d’une alliance public-privé pour mieux innover. Objectif : passer de l’idée ou d’un besoin de dispositif médical innovant à sa réalisation et à sa mise à disposition au bénéfice des patients.
Pour améliorer et concevoir de nouveaux équipements et dispositifs médicaux, chercheurs, industriels et praticiens unissent leurs forces et travaillent ensemble sur de nombreux projets. Depuis 2011, le CHRU de Besançon et le pôle des microtechniques organisent des rencontres annuelles pour apporter les informations utiles à toute personne ou structure porteuse d’innovation. Priorité est donnée aux échanges concrets, avec à la clé une meilleure compréhension entre professionnels de santé et industriels.
La 3e édition, qui s’est tenue vendredi 23 mai 2014, était consacrée à l’innovation technologique en milieu hospitalier. Trois temps forts ont rythmé larencontre :
–   une visite de services cliniques par petits groupes d’industriels de PME-TPE pour faciliter les interactions au plus proche des besoins ;
le récit de plusieurs parcours réussis ayant abouti à la création de start-up en région :
• Cisteo Medical : aide à la conception et à la réalisation de dispositifs médicaux
• Nosocure : dispositifs concernant la lutte contre les infections nosocomiales
• Proviskin : dispositifs et prestations de services pour la pénétration transmembranaire
• SuperMAPO : médicaments de thérapie innovante (MTI) dans le domaine de l’inflammation
–    la présentation des grands « facilitateurs » pour l’accompagnement et le transfert de technologie : la société d’accélération du transfert de technologies (SATT) Grand Est et la banque publique d’investissement Bpifrance France.
La journée de l’innovation offre une occasion unique pour rapprocher les univers hospitalier, académique et industriel, approfondir leurs connaissances mutuelles et accéder à un concentré d’informations utiles à l’éclosion de dispositifs innovants. 
Depuis leur première édition, ces rencontres se sont concrétisées par l’émergence de plusieurs projets : anneau support pour les poches de stomie, dispositif de suppléance salivaire, conception d’un masque insufflateur sécurisé, sans oublier le dispositif de mesure de l’aérobio-contamination au bloc opératoire Screenair, qui a reçu le 1er prix Awards de l’Innovation lors du salon Medtec 2013.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.