Rejet du budget des HCL : les médecins expliquent leur décision dans Le Monde.fr

"Nous, médecins des Hospices Civils de Lyon, rejetons le projet de budget 2015". Le 6 juillet 2015, « Le Monde.fr » publie sur son site la tribune rédigée par une trentaine de praticiens hospitalo-universitaires des Hospices Civils de Lyon. Parmi les signataires : le Pr Olivier Claris, Président de la Commission Médicale d’Etablissement,

"Nous, médecins des Hospices Civils de Lyon, rejetons le projet de budget 2015". Le 6 juillet 2015, « Le Monde.fr » publie sur son site la tribune rédigée par une trentaine de praticiens hospitalo-universitaires des Hospices Civils de Lyon. Parmi les signataires : le Pr Olivier Claris, Président de la Commission Médicale d’Etablissement, le Pr François-Noël Gilly, Président de l’Université Lyon 1, les doyens des facultés de médecine, les Pr Carole Burillon et  le Pr Jérome Etienne ainsi que de nombreux chefs de service de renommée nationale et internationale.
De manière très inédite, ces médecins ont fait le choix d’expliquer publiquement leur rejet du projet de budget. Un acte fort motivé par "leur attachement viscéral au service public hospitalier et à ses missions. Pour préserver son rôle de formation des médecins de demain. Pour garantir l’excellence du CHU et le rayonnement de sa recherche. Ils le font, surtout, pour que jamais ne soit entamée la qualité des soins prodigués aux patients3.
Dans un premier temps, ils rappellent les efforts déjà consentis par le CHU "diminution de plus de 1 000 postes, industrialisation des fonctions logistiques, optimisation des achats, développement des prises en charge ambulatoires et innovantes… tout en assumant un accroissement de l’activité (+ 30 000 séjours), des investissements indispensables (50 % des services rénovés) et en maintenant un haut niveau d’excellence en termes d’innovations médicales comme de recherche."
Ils alertent ensuite sur les risques que comporte le nouveau budget qui va alourdir les déficits. En cause la " baisse des financements de l’assurance maladie, conjuguée à la hausse mécanique des dépenses – en raison, essentiellement, de mesures catégorielles et revalorisations salariales décidées par les pouvoirs publics. Avec pour conséquences le blocage des projets d’innovation, l’affaiblissement de l’attractivité du CHU pour les jeunes professionnels et l’accablement de la communauté hospitalière.
Les médecins lyonnais reviennent sur le financement à l’activité, inadapté pour les gros CHU en particulier pour les cas  les plus complexes et pour les pathologies les plus rares facturés à un "tarif moyen de remboursement qui ne couvre pas les coûts spécifiques engagés". Ils regrettent la dispersion de moyens sur de nombreuses structures " sans préciser leurs rôles respectifs et sans organiser leurs complémentarités" et dans la recherche alors qu’il faudrait les concentrer à l’instar des autres pays.
Ils concluent la tribune en demandant :
– Un appui des pouvoirs publics pour réaliser des opérations de restructuration d’ampleur
– Un financement pour un système plus équitable et tenant compte des spécificités des CHU et de leurs missions de recours, de recherche et d’enseignement.
– Une véritable réflexion stratégique, qui précise la place des CHU et leur rôle nécessairement incontournable dans les projets médicaux des territoires
Pour en savoir plus
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/07/06/nous-medecins-des-hospices-civils-de-lyon-rejetons-le-projet-de-budget-2015_4672557_3232.html

https://www.reseau-chu.org/article/les-medecins-des-hcl-rejettent-le-projet-de-budget-2015/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.