Rencontre nationale «Prendre soin des Femmes, Soigner les addictions»

L'APPR-Maternité sans tabac, l'Association Nationales des Sages-Femmes Tabacologues et le CHU de Limoges organisent les 13èmes rencontres nationales « Prendre soin des Femmes, Soigner les addictions tabac, alcool, cannabis » à la faculté de médecine de Limoges les 21 et 22 mai 2012. Un large plateau de professionnels répondront et échangeront avec médecins, soignants, étudiants et grand public, sur les problématiques d’addiction chez la femme et plus particulièrement chez la femme enceinte.

L’APPR-Maternité sans tabac, l’Association Nationales des Sages-Femmes Tabacologues et le CHU de Limoges organisent les 13èmes rencontres nationales « Prendre soin des Femmes, Soigner les addictions tabac, alcool, cannabis » à la faculté de médecine de Limoges les 21 et 22 mai 2012. Un large plateau de professionnels répondront et échangeront avec médecins, soignants, étudiants et grand public, sur les problématiques d’addiction chez la femme et plus particulièrement chez la femme enceinte.
Avec le monoxyde de carbone (CO) de la fumée de tabac ou de cannabis, l’alcool est  la 1ère toxique en cause en cas de lésions cellulaires du système nerveux pouvant entraîner un syndrome d’alcoolisation fœtale. Par leur fréquence et la gravité de leurs complications, les addictions féminines représentent un problème de santé publique de premier plan. Et même si leur déni commence à être levé, beaucoup d’efforts restent à accomplir tant du côté des professionnels de santé ou de l’addictologie que du côté des décideurs politiques (SAF).
Parmi les axes prioritaires, on retiendra la nécessité de faire évoluer le regard culpabilisant et les représentations sociales de la toxicomanie et de l’addiction au tabac. A la stigmatisation des femmes ayant des consommations à risques, préférer une écoute et une action autour de la promotion de la santé dans le cadre des soins périnataux ou du suivi de la contraception. Il est recommandé de dépasser l’approche uniquement médicale pour s’ouvrir à une compréhension large des besoins de la personne en intégrant les effets dévastateurs des souffrances psychiques, des précarités socio-économiques et des handicaps liés à l’exposition pré-natale aux toxiques maternels. Or cet accompagnement requiert un personnel formé au repérage et à la prévention des addictions féminines.
La récente circulaire DGOS (Direction Générale de l’Offre de Soins) du 17 février 2012 relative à la formation des personnels des maternités à la prévention et à la prise en charge du tabagisme chez les femmes enceintes est un encouragement déterminant à la réussite de ces rencontres et aux formations développées à l’attention des personnels médicaux et soignants.
400 des 530 maternités en France ont signé la charte « maternité sans tabac ». 24 d’entre elles plus impliquées, vont participer à des groupes d’études « maternité contrôle » ou « maternité action ». Les parturientes volontaires qui participeront à cette étude accepteront de déclarer leurs addictions et d’être contrôlées par les équipes médico-soignantes. La maternité de l’hôpital de la mère et de l’enfant, du CHU de Limoges, sera leader de ce groupe.
Un engagement tout particulièrement apprécié par le Pr Michel-H Delcroix, Président APPRI-Maternité sans tabac qui a tenu à organiser la 13ème rencontre nationale sur la lutte contre les addictions chez la femme enceinte à Limoges, les 21 et 22 mai 2012.

Pour tout renseignement rendez-vous sur :
www.appri-asso.fr et www.sages-femmes-tabcologues.org
Tél. : 03 28 41 14 83 – Fax : 03 28 41 08 56
Inscription sont gratuites pour le grand public.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.