Rendez-vous aux Journées de l’Architecture en Santé !

Dans le respect des règles sanitaires anti Covid, les 2es Journées de l’Architecture en Santé se dérouleront comme prévu du 26 au 28 octobre 2020 au Palais de l’Europe de Menton. L'occasion d'évaluer l’impact de la crise sanitaire sur le futur des établissements de santé.

Dans le respect des règles sanitaires anti Covid, les 2es Journées de l’Architecture en Santé se dérouleront comme prévu du 26 au 28 octobre 2020 au Palais de l’Europe de Menton. L’occasion d’évaluer l’impact de la crise sanitaire sur le futur des établissements de santé.
Organisé à l’initiative de l’Union des Architectes Francophones (UAFS) cet évènement a pour objectif de promouvoir auprès de l’ensemble des professionnels et dirigeants des établissements de santé, publics et privés, la qualité de l’architecture comme vecteur du bienêtre collectif au service des patients, résidents et personnels de santé. Au programme: des assemblées plénières, un cycle de conférences, des tables-rondes, des ateliers ainsi qu’une exposition d’industriels et de partenaires.. Dans le respect des gestes barrières et des règles sanitaires…

Les enseignements de la crise sanitaire

"La crise sanitaire que nous avons traversée – et que nous traversons encore – a mis à rude épreuve les établissements de santé. Elle a constitué un défi sans précédent pour l’organisation médicale et soignante aux plans fonctionnel et spatial, observe David Entibi, directeur de la publication des Editions H Media et instigateur de ces journées. S’il est trop tôt pour avancer des conclusions, il conviendra d’en tirer rapidement les enseignements. Les JAS seront un formidable théâtre d’expression qui permettra de libérer la parole de celles et ceux qui ont vécu et vivent, sur le terrain, cet épisode historique".
Entre autres questions à aborder: comment les établissements, aux conceptions différentes, aux âges disparates, font-ils pour s’adapter à la situation de crise? Comment font-ils évoluer leur bâti pour répondre aux défis que présente la prise en charge et les soins intensifs des patients souffrant du COVID-19? Comment pallient-ils, par exemple, le manque de surface pour augmenter leurs postes de réanimation? Autant d’interrogations qui doivent permettent à tous les acteurs d’évaluer l’impact certain de cette crise sur les comportements et la vision future des établissements de santé.

Expériences et témoignages

À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Parallèlement aux thématiques métiers (nouvelles tendances, design des espaces hospitaliers, hôpital numérique, etc.), le programme des JAS 2020 sera enrichi d’une thématique dédiée à la crise du COVID19. Son objectif : dresser un premier constat et se projeter sur des éléments de réponses que pourraient apporter les concepteurs afin d’anticiper d’éventuelles futures crises.
"En élaborant leurs projets, les architectes rencontrent régulièrement des dirigeants, ingénieurs hospitaliers, des responsables de services techniques, des médecins, des soignants… Ce sont eux qui sont en première ligne aujourd’hui et que l’UAFS invite à témoigner pour prendre réellement acte et réinventer le modèle de l’établissement de santé de demain", souligne David Entibi.
Pour en savoir plus : Inscription et programme

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.