Rennes, filière biomédicale d’UniHA, optimise la gestion du parc d’échographes des hôpitaux

48 machines pour 1 000 lits MCO (Médecine Chirurgie Obstétrique), un taux de renouvellement de 7 à 8 ans, le parc d’échographes dans les hôpitaux publics représente un vaste marché. Cet équipement central dans l'activité hospitalière se retrouve dans toutes les disciplines et plus particulièrement la radiologie, la cardiologie, la gynéco-obstétrique. Pour maintenir à niveau les performances technologiques de ces machines et assurer leur maintenance, un nouveau modèle de financement des investissements “Optimium Service”, vient d’être déployé par la filière biomédicale d’UniHA*. Son coordonnateur, Hubert Serpolay,
48 machines pour 1 000 lits MCO (Médecine Chirurgie Obstétrique), un taux de renouvellement de 7 à 8 ans, le parc d’échographes dans les hôpitaux publics représente un vaste marché. Cet équipement central dans l’activité hospitalière se retrouve dans toutes les disciplines et plus particulièrement la radiologie, la cardiologie, la gynéco-obstétrique. Pour maintenir à niveau les performances technologiques des machines et assurer leur maintenance, un nouveau modèle de financement des investissements “Optimium Service”, vient d’être déployé par la filière biomédicale d’UniHA*. Son coordonnateur, Hubert Serpolay, directeur de l’Ingénierie biomédicale au CHU de Rennes explique ce choix : "Dans un contexte de fortes tensions budgétaires, l’offre Optimium Service développée par Samsung représente une solution financière et comptable très appréciable, mais elle repose avant tout sur le remplacement de matériels vétustes et sur une prestation globale de qualité. " Grâce à cette négociation, les hôpitaux qui le souhaitent vont disposer d’échographes de pointe sans toucher à leur capacité d’investissement.

La solution “Optimium Service” de gestion du parc d’échographes comprend un ensemble de prestationS allant de l’audit au service après-vente et en passant la mise à disposition des équipements.
Un audit organisationnel, réalisé un amont par un prestataire externe, permettant d’identifier précisément les usages et les besoins de l’établissement 
L’installation des nouveaux équipements mis à disposition, avec renouvellement immédiat en cas de rupture technologique majeure sur l’un des équipements 
La formation initiale des équipes médicales et paramédicales concernées par l’utilisation des équipements installés 
Le service après-vente. Divers solutions et options peuvent être intégrées à ce contrat de services tels que l’accès à des modules de formation e-learning, des sessions de « serious game » pour les internes ou encore un service de géolocalisation pour savoir où se trouve le matériel mobile au sein de l’établissement. 

Ne nécessitant aucun investissement initial pour l’établissement hospitalier, le contrat Optimium Service est conclu pour une durée d’engagement de 5 ans pour les échographes et de 7 ans pour les équipements de radiologie

Véronique Anatole-Touzet, Directrice générale du CHU de Rennes, établissement qui coordonne de la filière biomédicale d’UniHA, souligne l’implication des utilisateurs médicaux, des experts paramédicaux et techniques qui ont testé et classé les équipements proposés par les différents candidats. "Ce marché a pour ambition d’atteindre un chiffre d’affaire d’au moins 10 M€. Le gain obtenu par rapport à une solution classique investissement/maintenance est de l’ordre de 25 %. Au CHU de Rennes, nous sommes concernés pour une trentaine d’appareils" précise la directrice générale. 

*Groupement de Coopération Sanitaire, UniHA est le premier réseau coopératif d’achats groupés des établissements hospitaliers publics français, dont 32 CHU-CHR et 35 centres hospitaliers. En 2015, il a négocié des appels d’offres à hauteur de 3 milliards d’euros et généré 100 millions d’euros de gains sur achats.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.