Rennes se dote d’une unité de soins palliatifs à vocation universitaire

« Une unité de soins palliatifs, c’est d’abord un service où l’on s’adapte pleinement aux besoins des patients, mais c’est aussi un accompagnement de tous les instants des proches et de la famille » déclare le Pr Vincent Morel* coordonnateur de la nouvelle unité de soins palliatifs du CHU de Rennes. Installée sur le site de Tauvrais, dans un environnement paisible et arboré, l’unité peut accueillir 16 adultes et enfants en fin de vie. A l’année, c’est plus de 350 patients accompagnés de leurs proches, qui pourront bénéficier de cette prise en charge spécialisée.
« Une unité de soins palliatifs, c’est d’abord un service où l’on s’adapte pleinement aux besoins des patients, mais c’est aussi un accompagnement de tous les instants des proches et de la famille » déclare le Pr Vincent Morel* coordonnateur de la nouvelle unité de soins palliatifs du CHU de Rennes. Installée sur le site de Tauvrais, dans un environnement paisible et arboré, l’unité peut accueillir 16 adultes et enfants en fin de vie. A l’année, c’est plus de 350 patients accompagnés de leurs proches, qui pourront bénéficier de cette prise en charge spécialisée.
Pour faciliter les déplacements, les chambres individuelles sont toutes équipées d’un rail de mobilisation et d’une alcôve familiale permettant une présence en continue des proches. L’unité s’agrémente aussi de quatre lieux d’accueil réservés aux familles, d’un espace de jeux pour les enfants et prochainement d’une salle de relaxation « Snoezelen » pour les patients, les familles et les grâce au soutien du fonds « Nominoë ». 
L’équipe médicale et soignante cale ses interventions sur le rythme du patient, privilégiant son bien-être et sa qualité de vie. « Ici, ajoute le Professeur Morel, on s’adapte en continu à ce que le patient a été, à ce qu’il est et à ce qu’il est encore capable d’être ». Plus de 50 professionnels peuvent être sollicités dont des psychomotriciennes, une diététicienne, une socio-esthéticienne pour exemple. L’unité se veut également un lieu ouvert tant aux familles qu’aux médecins ou soignants hospitaliers ou de ville et intègre des bénévoles afin de proposer aux patients et à leur famille un accompagnement spécifique.
Avec des admissions possibles 7j/7j et 24h/24h, le service répond aux problématiques de fin de vie complexes (pédiatrie, post-réanimation) ou singulières (répit, maladies neuro-dégénératives). Pour déployer une permanence médicale au sein de la cellule d’admission et organiser une formation des professionnels, les équipes de soins palliatifs du CHU et du Groupe Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV) ont collaboré autour d’un projet médical et soignant collectif et novateur, ouvert à tous les acteurs du territoire. Ce partenariat avait débuté voici 12 ans avec la création de l’unité mobile de soins palliatifs qui intervient désormais dans tous les services du CHU, de l’EHPAD et à domicile.

Le service pourra satisfaire des demandes qui jusqu’à présent ne pouvaient être honorées malgré l’offre territoriale déjà existante.

Cette unité vient en effet compléter l’offre territoriale du bassin rennais composée de 40 lits pour 5 unités de soins palliatifs soit 8 lits à la Polyclinique Saint-Laurent – HSTV, 10 lits à l’hôpital de Bain-de-Bretagne – HSTV, 8 lits au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis, 8 lits au Centre Hospitalier de Fougères et 6 autres au Pôle gériatrique rennais de Chantepie. Avec l’ouverture de l’unité du CHU, 56 lits spécialisés sont désormais proposés à la population du territoire sanitaire.

Le site de la Tauvrais regroupe toutes les compétences et les ressources en soins palliatifs 

La nouvelle unité est venue rejoindre l’équipe mobile de soins palliatifs, l’équipe ressource régionale de soins palliatifs pédiatriques (ERRSPP) et la cellule d’animation régionale (CARESP). Un dispositif complet et gradué est ainsi constitué sur le site de la Tauvrais pour coordonner les meilleures réponses aux besoins des établissements sanitaires, des structures médico-sociales et des patients à domicile.

La création de l’unité conforte la mission de recherche et d’enseignement du CHU

Rattachée au centre d’investigation clinique du CHU (Unité INSERM CIC 1414), l’équipe mobile participe déjà à des travaux de recherche multi-disciplinaires (PHRI et PHRC) et anime un groupe de recherche breton armoricain en soins palliatifs ; avec l’ouverture de l’unité, les professionnels médicaux et soignants pourront dorénavant promouvoir de nouveaux travaux de recherche en particulier sur l’évaluation de la douleur et plus spécifiquement chez les personnes inconscientes.

Le CHU assure également son rôle d’enseignement et de formation en proposant cette unité comme un lieu de stage ouvert aux étudiants hospitaliers, aux internes, aux étudiantes infirmières mais également à tout professionnel souhaitant améliorer ses compétences dans la prise en charge palliative dans un cursus de formation initiale ou continue.
L’unité de soins palliatifs en chiffres

– Équipe médicale : 3 médecins et deux internes
– 1 cadre à temps partagé entre le CHU et le groupe HSTV
– 15 IDE dont un poste de coordination
– 13 Aides-soignants dont un poste de maitresse de maison

Investissements

– Travaux (USP, EMSP, ERRSPP et CARESP) : 622 927 €
– Equipements hôteliers et biomédicaux : 227 358 €
– Equipements informatiques : 25 018 €
    TOTAL : 875 303 €
*Le Pr Vincent Morel est également chargé du suivi de la mise en œuvre du plan national 2015-2018 de développement des soins palliatifs

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.