Réorientation fondamentale de l’organisation médicale

Les contraintes économiques et sociales, les exigences croissantes en matière de qualité et de sécurité, le défi de l'excellence dans les domaines de la recherche, de l'enseignement et des soins imposent à l'hôpital de nouvelles stratégies de concentration et de mutualisation des compétences et des moyens.

Les contraintes économiques et sociales, les exigences croissantes en matière de qualité et de sécurité, le défi de l’excellence dans les domaines de la recherche, de l’enseignement et des soins imposent à l’hôpital de nouvelles stratégies de concentration et de mutualisation des compétences et des moyens. Le projet médical du CHU de Caen les a synthétisées en 4 axes majeurs.

Le projet médical : un programme sur 10 ans des grandes restructurations médicales
Situé dans une région comptant plus de 1 422 000 habitants et au coeur d’un bassin dynamique de 400 000 personnes, le CHU de Caen figure au 14ème rang sur les 29 établissements hospitalo-universitaires répartis sur le territoire français. Le CHU de Caen est aussi identifié comme ayant une valeur du point « ISA » supérieure de 7% à la moyenne nationale des CHU.

Le projet médical tient compte de ce contexte et propose quatre axes stratégiques :
– Affirmer les activités médicales de référence et de pointe : périnatalité et génétique, neuroscience et mémoire, digestif, cardio-vasculaire, infectiologie, handicap-appareil locomoteur, orthopédie, cancérologie.
– Favoriser les restructurations et les ouvertures du CHU par la création de 8 pôles médicaux-chirurgicaux : femme et enfant, viscéral-digestif, coeur-vaisseaux-poumons, tête et cou, appareil locomoteur, médecin, psychiatrie, personnes âgées, mais aussi par la composition de 4 ensembles : imagerie, urgence-anesthésie-réanimation, biologie, santé publique-prévention-éducation « La création de pôles et d’ensembles permettra de rationaliser l’utilisation des moyens et d’atteindre des masses critiques d’activités à la hauteur des ambitions hospitalo-universitaires » estime le Pr. André Valdazo, Président de la Commission Médicale d’Etablissement. Par ailleurs, le développement de réseaux et de filières, dont le CHU est bien souvent l’instigateur et l’animateur, notamment avec le Centre Anticancéreux, permettra la création d’un Pôle de Santé Régional.
Le coût prévisionnel des regroupements est estimé à 400 millions d’euros, investissements que le CHU espère réaliser dans les 10 à 15 prochaines années.

– Améliorer l’offre de soins de proximité notamment pour les urgences, la filière personnes âgées, la chirurgie ambulatoire, les soins de suite et de réanimation…
– Maintenir la spécificité universitaire et régionale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.