Réorientation fondamentale de l’organisation médicale

Les contraintes économiques et sociales, les exigences croissantes en matière de qualité et de sécurité, le défi de l'excellence dans les domaines de la recherche, de l'enseignement et des soins imposent à l'hôpital de nouvelles stratégies de concentration et de mutualisation des compétences et des moyens.

Les contraintes économiques et sociales, les exigences croissantes en matière de qualité et de sécurité, le défi de l’excellence dans les domaines de la recherche, de l’enseignement et des soins imposent à l’hôpital de nouvelles stratégies de concentration et de mutualisation des compétences et des moyens. Le projet médical du CHU de Caen les a synthétisées en 4 axes majeurs.

Le projet médical : un programme sur 10 ans des grandes restructurations médicales
Situé dans une région comptant plus de 1 422 000 habitants et au coeur d’un bassin dynamique de 400 000 personnes, le CHU de Caen figure au 14ème rang sur les 29 établissements hospitalo-universitaires répartis sur le territoire français. Le CHU de Caen est aussi identifié comme ayant une valeur du point « ISA » supérieure de 7% à la moyenne nationale des CHU.

Le projet médical tient compte de ce contexte et propose quatre axes stratégiques :
– Affirmer les activités médicales de référence et de pointe : périnatalité et génétique, neuroscience et mémoire, digestif, cardio-vasculaire, infectiologie, handicap-appareil locomoteur, orthopédie, cancérologie.
– Favoriser les restructurations et les ouvertures du CHU par la création de 8 pôles médicaux-chirurgicaux : femme et enfant, viscéral-digestif, coeur-vaisseaux-poumons, tête et cou, appareil locomoteur, médecin, psychiatrie, personnes âgées, mais aussi par la composition de 4 ensembles : imagerie, urgence-anesthésie-réanimation, biologie, santé publique-prévention-éducation « La création de pôles et d’ensembles permettra de rationaliser l’utilisation des moyens et d’atteindre des masses critiques d’activités à la hauteur des ambitions hospitalo-universitaires » estime le Pr. André Valdazo, Président de la Commission Médicale d’Etablissement. Par ailleurs, le développement de réseaux et de filières, dont le CHU est bien souvent l’instigateur et l’animateur, notamment avec le Centre Anticancéreux, permettra la création d’un Pôle de Santé Régional.
Le coût prévisionnel des regroupements est estimé à 400 millions d’euros, investissements que le CHU espère réaliser dans les 10 à 15 prochaines années.

– Améliorer l’offre de soins de proximité notamment pour les urgences, la filière personnes âgées, la chirurgie ambulatoire, les soins de suite et de réanimation…
– Maintenir la spécificité universitaire et régionale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.