Réouverture de l’unité de réanimation

L'unité de réanimation, fermée en raison de la présence d'une bactérie Acinetobacter baumannii ayant entraîné une épidémie, a été réouverte le 4 mai 2006. Cette décision intervient à l'issue des travaux de désinfection des locaux et équipements et des résultats négatifs obtenus sur les 175 prélèvements effectués.

L’unité de réanimation, fermée en raison de la présence d’une bactérie Acinetobacter baumannii ayant entraîné une épidémie, a été réouverte le 4 mai 2006. Cette décision intervient à l’issue des travaux de désinfection des locaux et équipements et des résultats négatifs obtenus sur les 175 prélèvements effectués.

Au total, 19 patients ont été trouvés porteurs de cette souche, quatre patients ont développé une infection dont trois une infection pulmonaire et l’un d’entre eux en est décédé. A ce jour, cinq personnes, porteurs de cette bactérie, demeurent hospitalisées. Elles font l’objet d’une vigilance renforcée et de mesures d’isolement, conformément aux recommandations établies par les centres de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (C.CLIN).

Définition Acinetobacter baumannii est une bactérie multi-résistante. Elle est responsable d’infections nosocomiales, notamment de pneumonies en réanimation, essentiellement chez des patients fragilisés. La transmission se fait à partir d’une source commune ou de patient à patient. Elle est facilitée par une colonisation importante des patients, une survie prolongée dans l’environnement sur des surfaces sèches ou les mains, et une faculté à développer ou acquérir des caractères de résistance à beaucoup de classes d’antibiotiques.

Mesures prises par le CHU
Dès le déclenchement de l’épidémie au CHU de Poitiers, les premières mesures avaient consisté en un regroupement des patients colonisés dans un secteur isolé avec du personnel dédié et en des mesures de désinfection des secteurs inoccupés. A l’issue de deux semaines de surveillance renforcée et en l’absence de nouvelle transmission, le service de réanimation chirurgicale avait accueilli de nouveaux patients et maintenu les mesures d’isolement.
Fin mars, l’apparition d’un nouveau cas avait conduit à la suspension immédiate de toute nouvelle admission jusqu’à la fermeture complète du service pour une désinfection totale. Les patients de réanimation chirurgicale non colonisés, mais nécessitant la poursuite d’une prise en charge de réanimation lourde, compte-tenu de la gravité de leur état clinique, ont été transférés dans une unité spécialement aménagée et organisée (isolement).
Cette décision a permis de procéder sans délai aux travaux de décontamination des locaux de réanimation chirurgicale et des équipements. Au sein de cette unité spécialement aménagée, quatre personnes ont été prises en charge. L’une d’entre elles, colonisée, dont l’état clinique le permettait, a quitté l’unité. Sur les trois personnes restant dans ce secteur, les résultats des prélèvements connus ce jour font apparaître deux personnes colonisées et une personne non colonisée.
61 personnes des équipes médicale et soignante ont fait l’objet d’un contrôle pour rechercher un portage éventuel parmi les agents. Tous les résultats ont été négatifs.

Information : le souci de transparence
Une information a été faite aux représentants du personnel, le 3 mars, lors d’une réunion exceptionnelle du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Une nouvelle réunion exceptionnelle de ce comité s’était tenue le 26 avril.
La Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS) a été informée ainsi que le C.CLIN Sud-Ouest. L’information avait été transmise à l’Institut national de veille sanitaire (INVS).
Le 6 mars 2006, la Haute autorité de santé a communiqué la mise en place de deux outils d’information interactifs relatifs aux infections nosocomiales : – un numéro Azur « Infonosocomiale Ecoute » : 0810 455 455 (coût d’un appel local) du lundi au vendredi de 9h à 18h ; – un site internet: www.infonosocomiale.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.