Réouverture des blocs de l’Hôpital Nord votée à l’unanimité

Le Comité d'Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail a voté à l'unanimité la réouverture du bloc central de l'hôpital Nord pour le lundi 5 septembre 05 à 8 heures ; la série de contrôle et d'analyses (chimique, biologique, acoustique, gazeuse et technique) n'ayant rien révélé d'anormal à ce jour. Les résultats de l'enquête épidémiologique sont les seuls en attente.

Le Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail a voté à l’unanimité la réouverture du bloc central de l’hôpital Nord pour le lundi 5 septembre 05 à 8 heures ; la série de contrôle et d’analyses (chimique, biologique, acoustique, gazeuse et technique) n’ayant rien révélé d’anormal à ce jour. Les résultats de l’enquête épidémiologique sont les seuls en attente.

Le syndrome de la maladie des bâtiments : un phénomène connu mais difficile à cerner
D’autres hôpitaux dans monde ont connu ce type d’événement avec les mêmes symptômes. La littérature médicale anglo-saxonne (200 publications) font apparaître sous le nom « sick building syndrome » (le syndrome de la maladie des bâtiments) le phénomène qu’a connu l’hôpital nord.
Les experts et les affaires sanitaires (laboratoire national SGS, DDASS, Cellule interrégionale d’épidémiologie, INRS, laboratoire physico-chimique du BMP de Marseille) ont mené des explorations chimiques : émanation de solvants industriels volatils, gazeuses : CO2, CO, composants organiques volatils, acoustiques : infrasons, biologiques : bactéries, champignons, virus, techniques : analyse du système d’extraction et de renouvellement de l’air du bloc opératoire central et épidémiologiques

Depuis la mi-août, toutes les investigations connues dans la littérature scientifique ont été réalisées pour rechercher les causes des symptômes. Jamais un hôpital n’a connu un nombre aussi élevé de contrôles et d’analyses.

Rappel des principaux évènements
Jeudi 11 août 12h30 : alerte symptômes du personnel de la salle de soin post-interventionnelle (salle de réveil)
Vendredi 12 août 12h00 : fermeture de la salle de soin post-interventionnelle
Mardi 16 août à 9h00 : Alerte symptômes personnel salles de bloc
Mercredi 17 août à 14h00 : Fermeture totale du bloc opératoire
Lundi 22 août 12h00 : réouverture du bloc opératoire
Jeudi 25 août 9h00 : refermeture totale du bloc opératoire
Jeudi 1er septembre : CHSCT vote à l’unanimité la réouverture du bloc.

La vigilance sur tous les fronts
Pour prévenir les dysfonctionnements, différentes mesures de sécurité accompagnent la réouverture du bloc
Mesures organisationnelles
– Actualisation des procédures d’utilisation des produits détergents désinfectants
– Etude des fiches de sécurité des produits utilisés
Mesures techniques
– diagnostic complet du réseau d’extraction de l’air alimentant le bloc opératoire
– surveillance des chantiers avoisinants
– badges d’ambiance mesurant la qualité de l’environnement
– installation d’un capteur enregistreur de CO, CO2, COV dans galerie technique
Suivis du personnel pour assurer la santé au travail et prévenir les risques
En cas de récidive, un examen clinique sera réalisé sur les agents incommodés par les médecins du bloc opératoire et une sérothèque Bloc opératoire Nord sera constituée.
Des badges d’ambiance sont portés par les agents (détection de BTEX, chloroforme, sevofluorane), des badges ALDEMYDE portés par les IBODE, des détecteurs avec capteur au doigt ont été posés.

Partenaires
– DDASS : médecin inspecteur de santé publique
– DDASS santé environnement : médecin inspecteur de santé publique, ingénieurs
– Cellule Interrégionale d’Epidémiologie : épidémiologistes
– Caisse Régionale d’Assurance Maladie : ingénieur conseil et ingénieur de recherche
– Bataillon des marins pompiers : chimistes
– Laboratoire SGS : chimiste
– AP-HM : laboratoire contrôle qualité, Laboratoire toxicologie CAP, Direction architecture et patrimoine, Direction des équipements et des approvisionnements médicaux et pharmaceutiques, CLIN Nord, Médecine du travail, Encadrement Bloc opératoire

Avec ses 2 500 agents et ses 675 lits et places, l’hôpital Nord réalise près du quart de l’activité de l’AP-HM
– consultations : 225 251 à l’hôpital Nord
– interventions chirurgicales : 12 114 à l’hôpital Nord
– personnes reçues aux urgences par an : 62120 à l’hôpital Nord
– naissances : 2 362 à l’hôpital Nord

Services hôpital Nord
Médecine Dermatologie, pneumologie, maladies infectieuses et tropicales, médecine interne, cardiologie, anesthésie réanimation, endocrinologie-maladies du métabolisme et nutrition, gastro-entérologie, médecine infantile.
Chirurgie Neurochirurgie, ophtalmologie, stomatologie et chirurgie maxillaire, chirurgie vasculaire, ORL, chirurgie générale et digestive, chirurgie orthopédique et traumatologie, chirurgie urologique, chirurgie infantile.
Gynécologie-obstétrique, maternité niveau 3
Urgences
L’hôpital nord fait partie des établissements de santé nationaux qui a le plus bas taux d’infections nosocomiales et la plus basse consommation d’antibiotiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.