Réouverture le 22 août du bloc opératoire après contrôles et analyses

Fermées du 18 au 21 août 2005 afin d'effectuer une batterie de tests et de contrôles, les 12 salles du bloc opératoire central de l'hôpital Nord ont rouvert lundi 22 août à midi.

Fermées du 18 au 21 août 2005 afin d’effectuer une batterie de tests et de contrôles, les 12 salles du bloc opératoire central de l’hôpital Nord ont rouvert lundi 22 août à midi.

Les agents ayant pris leur poste à partir de 6h n’ont ressenti aucun des symptômes qui avaient incommodé une partie d’entre eux depuis le 11 août (nausées, douleurs abdominales, irritation des yeux et de la gorge). En conséquence, la Direction de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille a autorisé la réouverture du bloc central à 12h.

Le 17 août, la direction de l’AP-HM avait décidé d’appliquer le principe de précaution en fermant pour quatre jours le bloc et la salle de réveil, afin d’y procéder à une série de contrôles et d’analyses de la qualité de l’air.

Les travaux de sécurité incendie (réalisés la semaine dernière dans 9 salles d’opération) se sont terminés le 19 août, et durant le week-end le personnel de l’AP-HM a procédé au nettoyage et à la désinfection des locaux, pendant que de nouvelles analyses étaient effectuées. A ce jour, elles n’ont rien révélé d’anormal.

Près de 80 personnes travaillent chaque jour dans le bloc et la salle de réveil : infirmiers de bloc opératoire, infirmiers en anesthésie-réanimation, cadres de santé, aides-soigants, agents des services hospitaliers, chirurgiens, anesthésistes et internes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.