Réparation des lésions du cartilage du genou :première greffe de chondrocytes cultivés en France

Pour la première fois en France un CHU cultive, à partir de fragments de cartilage, une suspension cellulaire en vue de greffe autologue de chondrocytes permettant de réparer les lésions du cartilage du genou.

L’exercice physique ayant pris dans notre société une part importante, on constate une incidence croissante des lésions traumatiques méniscales, ligamentaires et cartilagineuses au niveau du genou. Ces dernières, décelables par arthroscopie ou IRM, ne se réparent pas spontanément et n’ont pas de traitement efficace connu. Ceci pose un problème considérable chez le sujet jeune car ces lésions, non seulement entraînent des douleurs et une invalidité, mais sont de plus génératrices d’arthrose précoce et parfois sévère pour laquelle le traitement usuel est le remplacement prothétique. Or ce traitement n’est pas souhaitable pour des sujets jeunes du fait de la durée de vie limitée de ces prothèses.
De nombreuses méthodes de réparation des lésions du cartilage ont été proposées. Les solutions chirurgicales, si elles ont parfois un effet favorable sur la symptomatologie clinique (douleur, blocage, épanchement), ne permettent pas la restauration de cartilage articulaire normal.

La greffe de chondrocytes autologues est une méthode beaucoup plus prometteuse. Cette technique a été expérimentée chez l’homme par Brittberg en 1994. Elle consiste à réparer la lésion qui existe au niveau du cartilage du genou avec les cellules du patient lui-même.
Jusqu’à présent, le coût de cette technique était très élevé car les cellules étaient préparées aux Etats-Unis par un laboratoire privé : le fragment de cartilage était envoyé par avion à Boston et le laboratoire retournait la suspension cellulaire prête à être injectée pour un coût de 70 000 francs.

La thérapie se pratique en plusieurs temps:

– une arthroscopie du genou pour prélever un petit fragment de cartilage et extraire des cellules (les chondrocytes)
– la multiplication des cellules dans un milieu spécifique, par une technicienne spécialement formée.
– l’arthrotomie (ouverture du genou) : la chirurgien recouvre la lésion du cartilage d’une fine membrane de périoste (couche superficielle de l’os prélevé au niveau du tibia lors de la même intervention) qui est cousue sur les berges de la lésion. Les cellules sont ensuite injectées sous cette membrane et se remettent à fabriquer du cartilage.

Les mouvements passifs sont autorisés dès le lendemain de l’intervention et l’appui est repris progressivement au bout de 6 semaines.

La greffe de chondrocytes autologues est effectuée dans le cadre d’un projet hospitalier de recherche clinique dont la responsable est le Dr PIPERNO. L’essai est encadré par la récente Cellule d’Investigation Clinique des HCL. Le but de cette étude est d’apprécier la faisabilité de la greffe de chondrocytes autologues au sein des Hospices Civils de Lyon.

A l’origine de la thérapie, une équipe pluridisciplinaire :

Muriel Piperno, attachée aux Hospices Civils de Lyon
Odile Damour, responsable du laboratoire des substituts cutanés à l’hôpital Edouard Herriot , Eric Vignon, chef du service de rhumatologie du Centre Hospitalier Lyon Sud,
Bernard Moyen chef du service d’orthopédie du Centre Hospitalier Lyon Sud
Odile Gelpi, Directeur de la délégation à la Recherche
François Gueyffier, médecin de la Cellule d’Investigation Clinique des HCL

Pour plus d’information : Madame le Docteur Piperno 07 78 86 12 18 – 06 68 06 03 68

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.