Résidence de l’artiste Isabelle Ménétrier au CHU de Dijon

En résidence de création durant le printemps 2013 dans le service de Médecine interne et immunologie clinique, l'artiste plasticienne Isabelle Ménétrier a réalisé a t T e n T i o n (s) une vidéo pérenne pour les personnels et usagers du service ; un moment de recul et une meilleure compréhension de l'expérience hospitalière.

En résidence de création durant le printemps 2013 dans le service de Médecine interne et immunologie clinique, l’artiste plasticienne Isabelle Ménétrier a réalisé  a t T e n T i o n (s) une vidéo pérenne pour les personnels et usagers du service ; un moment de recul et une meilleure compréhension de l’expérience hospitalière.

Une immersion dans le quotidien hospitalier
Curieuse de ce quotidien professionnel si singulier, Isabelle Ménétrier a choisi d’emblée de se positionner en témoin discret et silencieux. De jour comme de nuit, elle a pu observer l’ordinaire d’une unité de soins, avec ses successions de rythmes, d’actions, d’intervenants. Très vite le désir de réaliser un film vidéo est apparu avec pour objectif de produire une œuvre in situ à la fois dédiée aux personnels et adressée à l’ensemble des usagers du service. C’est à partir du couloir que tout a été filmé. Adoptant des points de vue très précis dont elle ne se départ pas – les pas des agents, les gestes de leurs mains, l’artiste nous donne à percevoir la multiplicité des attentions requises dans un service hospitalier. Attentions toutes tournées vers les patients qui, pour des raisons évidentes de discrétion, n’apparaîtront pas à l’image mais dont on ressent pleinement la présence.
"Je m’applique à filmer la précision des gestes et des déplacements, les temps de précipitation soudaine, la densité des actions et les temps vides et silencieux. Les mains et les pieds deviennent ‘mes acteurs’ pour lesquels j’aimerais écrire une partition. Le couloir est la scène de cette action, les pièces annexes les coulisses… " confie Isabelle Ménétrier, mai 2013
Le dispositif de présentation du film fait pleinement partie du projet. Isabelle Ménétrier a fait le choix d’un dispositif mobile parfaitement intégré au contexte puisqu’il s’agit de 4 pieds de tensiomètre surmontés d’une console DVD en lieu et place de l’appareil médical. Son souhait étant que cette œuvre in situ puisse circuler et être regardée aussi bien dans les couloirs, les chambres que les salles d’attente.

Formée aux Ecoles Nationales Supérieures des Beaux-arts de Besançon et de Paris, Isabelle Ménétrier (Besançon, 1963) a progressivement diversifié ses techniques (sculpture, dessin, texte ou image vidéo), et orienté sa démarche sur des pratiques in situ, en lien très étroit avec les usagers des lieux investis. Son travail traduit le plus souvent une réflexion sur la place du corps dans l’espace et peut prendre aussi bien la forme d’objets autonomes, d’objets design manipulables que de processus collectifs.
Ces dernières années elle a développé des projets avec divers partenaires tels que la Ville de Dijon, l’Ecole des beaux-arts de Dijon, la fondation Zervos, la galerie Interface (Dijon), la galerie de Talant, les Ateliers découvertes du Centre G. Pompidou, le Lycée français d’Oslo… Sa collaboration avec le FRAC Bourgogne a débuté en 2004.
Avec a t T e n T i o n (s), le CHU de Dijon et le Fonds Régional d’Art Contemporain de Bourgogne (FRAC Bourgogne) poursuivent leur collaboration débutée voici plus de dix ans.

•2002 : installation temporaire dans les couloirs du service de l’œuvre Gathering de Daniel Firman – collection FRAC Bourgogne
•2007 : commande d’une œuvre pérenne réalisée par l’artiste Loïc Raguénès pour la salle d’attente du service.
•2011-12 : ateliers de pratique à l’attention des personnels du CHU dirigés par l’artiste Isabelle Ménétrier, dans le cadre du déménagement du CHU
•2013 : résidence de création de l’artiste Isabelle Ménétrier dans le service
•2014 : reprise et adaptation de l’œuvre créée en 2007 pour les nouveaux locaux du service dans le cadre du déménagement du CHU

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.