Résidence ‘Musique à l’Hôpital’ : 40 musiciens au CHU de STRASBOURG

Dans le cadre des Premières Rencontres Européennes de la Culture à l'Hôpital, le projet de résidence " Musique à l'Hôpital " a permis d'inviter un artiste musicien dans les services pédiatriques de l'Hôpital de Hautepierre du 22 janvier au 2 février 2001.

Le projet, financé par la ville de Strasbourg, a été porté par le percussionniste Gaston Sylvestre. Ce musicien, membre du trio  » Le Cercle « , ensemble connu pour son travail sur la musique contemporaine, a travaillé en étroite collaboration avec le Centre de Formation de Musiciens Intervenants de l’Université Marc Bloch (CFMI) et l’association Musique et Santé.

Cette action a nécessité une grande implication de l’ensemble des partenaires.
La structure artistique à dû s’adapter à un monde inconnu, l’hôpital. L’ensemble du personnel hospitalier, Cadres Infirmiers Supérieurs, Cadres Infirmiers des unités fonctionnelles, éducatrices de jeunes enfants des unités concernées ainsi que l’équipe de direction du site de Hautepierre a dû lui réfléchir sur un cahier des charges exhaustif.
En effet, il était inconcevable pour tous de permettre à des musiciens d’investir l’hôpital pour enfants sans faire un véritable travail de recherche préalable dans les lieux d’intervention.

Le résultat de ce processus est un ensemble d’actions musicales et sonores dans les services infantiles : spectacles musicaux avec des objets quotidiens, moments de musique au chevet des malades, berceuses, chants avec le personnel soignant, sculptures sonores réalisées avec du matériel hospitalier (pousse-seringues, fauteuils roulants, tubes de perfusion), aménagements de l’environnement sonore (orchestration d’une sonnerie de téléphone, fermeture d’une porte), autant de rencontres avec la musique  » vivante  » au service de l’humanisation.

Il s’agit d’être à l’écoute des enfants, de leurs parents, des équipes médicales et soignantes afin d’être au plus près et au plus juste de chaque situation, de chaque rencontre.

L’arrivée de près de quarante musiciens dans un hôpital peut générer un grand nombre de craintes mais le professionnalisme de ces musiciens face à des situations nouvelles, l’encadrement constant de ces derniers par un réfèrent appartenant à l’unité de soins et le souci de chacun pour qu’aucune intervention ne soit en contradiction avec le bon fonctionnement des services ont fait de ce projet une réussite.

Une évaluation, à l’issue de la résidence musicale, à fait ressortir la volonté de tous de poursuivre l’aventure.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.