Rester aux côtés de la personne hospitalisée, un plus pour les proches

"Pouvoir rester au chevet d'une personne hospitalisée" est une demande frequemment exprimée par les proches confrontés aux situations difficilement gérables à distance. Pour répondre à cette attente, le CHU de Nancy, associé à d'autres organismes, propose différentes solutions d'hébergement.

« Pouvoir rester au chevet d’une personne hospitalisée » est une demande frequemment exprimée par les proches confrontés aux situations difficilement gérables à distance. Pour répondre à cette attente, le CHU de Nancy, associé à d’autres organismes, propose différentes solutions d’hébergement.

Cette offre participe à une prise en charge hospitalière de qualité : qu’elle soit planifiée ou en urgence, elle permet au patient de garder le contact avec l’extérieur et aux proches vivant loin de l’hôpital de régler sans stress supplémentaire la question des nuitées.

Les parents d’enfants hospitalisés peuvent choisir entre 3 types d’hébergement
-les chambres mère/enfant intégrées aux services de soins de l’hôpital d’enfants du CHU
-l’Hôtel des Parents
-et la Maison des Parents gérée par l’association AREMIG, situés sur le site des hôpitaux de Brabois.

Ces structures sont également des lieux de rencontre et d’échanges : entre familles d’abord, puis avec les personnels soignants et avec les membres des associations. « C’est une autre forme d’écoute, de soutien et d’entraide généralement très appréciée », fait remarquer Françoise Laperdrix de l’AREMIG.

La Maison des Parents va d’ailleurs se doter de 7 chambres supplémentaires grâce aux dons de nombreux acteurs locaux. Un « élan associatif précurseur » salué par André Rossinot, président du Conseil d’Administration du CHU de Nancy, et qui doit « encourager l’évolution du regard des équipes hospitalières sur les patients et leurs familles ».

Il est important de « s’y sentir comme à la maison » souligne Danielle François, cadre de santé de l’Unité de Soins Palliatifs du CHU. Ici, a été aménagé un appartement réservé aux proches de patients avec le souci d’un espace convivial situé à l’extrémité de l’unité. « Cet appartement même modeste permet d’échapper à la solitude d’une chambre d’hôtel dans des moments où la chaleur humaine est essentielle. Ici, l’équipe de soins est présente 24h/24 : le dialogue est toujours possible. » Une proximité essentielle dans l’accompagnement des personnes en souffrance qu’elle soit physique, morale, passagère ou définitive.

Ces hébergements in situ dédiés aux proches symboles de l’ouverture de l’hôpital sur l’extérieur, sont parfois aussi à l’origine de moments d’exception pour tous : « Comme l’effervescence de cette famille, le jour du mariage de l’un de ses membres. L’émotion a été partagée par les personnels, les patients et les proches … » raconte avec pudeur Danielle François.

Toutes les infos pratiques sur les offres d’hébergement pour les proches de patient hospitalisé au CHU de Nancy dans la rubrique «Patients > Visites » du www.chu-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.