Restructuration des urgences

Le directeur général du CHU de Limoges a décidé de faire appel à la Mission nationale d'expertise et d'audit hospitalier (MeaH), afin de restructurer le service des urgences.

Le directeur général du CHU de Limoges a décidé de faire appel à la Mission nationale d’expertise et d’audit hospitalier (MeaH), afin de restructurer le service des urgences.

Cette restructuration qui porte sur une réorganisation fonctionnelle de ce service a notamment pour objectif de fluidifier l’accueil des patients et d’éviter les files d’attente.

Une première visite effectuée par un consultant de la MeaH a eu lieu vendredi 21 avril. Il a pris un premier contact avec l’équipe médicale et paramédicale pour présenter son intervention qui va se dérouler au total sur une année, et se déployer en plusieurs phases.
La première phase, qui dure 90 jours, a pour objet de faire un diagnostic et de proposer un plan d’actions. La seconde, qui s’effectue sur 9 mois, concerne la mise en place de ce plan d’actions sur le terrain.

La MeaH a été créée par la Loi de financement de la sécurité sociale pour 2003. Avec la Mission « Tarification à l’activité » et la Mission « Aide à l’investissement », elle fait partie des trois missions opérationnelles voulues par le ministre de la santé pour mettre en oeuvre le plan hôpital 2007.
L’ensemble des missions qu’elle conduit vise à faire émerger une meilleure organisation des activités hospitalières qui concilie qualité du service rendu au patient, efficience économique et conditions de travail satisfaisantes pour le personnel.

La MeaH s’adresse à des établissements publics et privés volontaires pour mener des audits et mettre en oeuvre de nouvelles modalités d’organisation. Il s’agit d’établissements qui ont développé des organisations efficientes ou qui, confrontés à des dysfonctionnements, souhaitent procéder à des changements, sont prêts à fournir les informations dont ils disposent sur leurs moyens, leur activité et leur fonctionnement. Ils s’engagent à mettre en oeuvre les changements préconisés, après validation, et à en évaluer les résultats.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.