Restructuration : tout un programme

A l'instar des autres établissements, le CHU de Pointe-à-Pitre, édifié en 1978/1982, est confronté à l'urgente nécessité de moderniser ses installations. Un ambitieux programme, validé par les instances (CTE , CME, CA, ARH) a été planifié.

A l’instar des autres établissements, le CHU de Pointe-à-Pitre, édifié en 1978/1982, est confronté à l’urgente nécessité de moderniser ses installations. Un ambitieux programme, validé par les instances (CTE , CME, CA, ARH) a été planifié.

Il concerne la quasi totalité des services : de l’implantation de l’IRM à la construction d’un pôle logistique (cuisine-buanderie-magasins-archives) en passant par la restructuration complète des blocs opératoires, les salles de réveil et la pédopsychiatrie.

Deux contraintes : l’espace et le temps
Un manque crucial de place

« le déficit de surfaces est de l’ordre de 40% » explique Philippe Loir, Directeur Général ; les responsables ont donc décidé d’installer à l’extérieur de l’établissement les services qui n’entretiennent pas un lien direct avec le coeur de l’hôpital tels que le pôle logistique, le centre de formation, l’hôpital de jour de pédopsychiatrie.
Les surfaces ainsi récupérées seront affectées aux activités soignantes et médico-techniques. Ainsi les urgences occuperont les cuisines actuelles et les laboratoires seront installés à proximité, sur le site de la buanderie. Quant aux urgences pédiatriques, elles remplaceront les services économiques. Enfin, l’extension de la réanimation se fera dans les locaux des services financiers.

Des délais incompressibles
Plusieurs années s’écoulent entre l’élaboration d’un avant-projet et l’exécution de l’opération. Une étude réalisée en février 2002 par la Conférence des Directeurs Généraux de CHRU montre que la durée de réalisation de travaux de restructuration en site occupé ne peut être inférieure à 6 ans.

Ce délai correspond à l’enchaînement d’étapes obligatoires et consécutives : concertation avec les utilisateurs, approbation de l’avant projet, consultation des instances, des services de sécurité et d’urbanisme, organisation de concours de maîtrise d’oeuvre et d’architecture, élaboration des dossiers de marchés, des dossiers nécessaires à la tutelle, des études complémentaires par des prestataires extérieurs, respect des délais du code des marchés publics, organisation des commissions d’appel d’offres et des conseils d’administration, programmation financière…

A Pointe-à-Pitre, la nécessité de respecter les normes de consolidation parasismique (PS 92) représente encore une contrainte supplémentaire.

Programme de restructuration
Au CHU de Pointe-à-Pitre, une dizaine d’opérations de modernisation/restructuration ont été lancées pour un montant de 36 millions d’euros : la restructuration du plateau technique (Blocs opératoires, Stérilisation, Médecine nucléaire), l’IRM, l’hôpital de jour de pédopsychiatrie, le pôle logistique, les urgences pédiatriques, l’extension de la réanimation polyvalente, le site de l’ancien hôpital Ricou et l’IFSI. Certaines seront achevées en 2003 ou en 2004. Actuellement, le CHU recherche en plus d’autres locaux pour installer un second pôle de formation.

Achat d’équipements
Radiologie : l’appel d’offres pour du matériel d’imagerie ( salle d’angiocoronarographie numérisée, table télécommandée, lecteur de plaques photostimulables) est en cours, le matériel devrait être installé dans le dernier trimestre 2003.
Médecine nucléaire : l’appel d’offres pour l’acquisition d’une 2ème Gamma Caméra sera lancé fin 2003 (installation 2004)
Radiothérapie : l’appel d’offres pour le renouvellement du deuxième accélérateur de particules (20 MEV) sera lancé en 2003 dès retour de l’approbation matériel lourd.
Service biomédical : Le programme d’achat d’équipement en matériel médical se poursuit (3 Millioins d’euros /an hors matériel lourd).
Parmi les récentes acquisitions on citera : 3 amplificateurs de brillance pour le bloc opératoire, un échoendoscope en gastro-entérologie, un angiographe numérisé en OPH, un ECG d’effort en cardiologie, 5 respirateurs lourds de réanimation et des équipements de base (pompes, pousses seringues, moniteurs ECG)

Mise aux normes
Génie civil : Des études sont en cours pour la réalisation d’un schéma directeur de rénovation et d’extension des installations de production et de distribution de traitement d’air, de climatisation et des installations électriques. Elles permettront de planifier un programme de travaux pluriannuel.
Sécurité incendie : La mise en conformité des installations de la tour sud est terminée et les travaux de la tour nord seront effectués courant 2003.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.