Révéler l’humanité par la création théâtrale

Claude, Henriette, Eliane, résidents de l'Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de Lormont (33) appartenant au pôle de gérontologie clinique du CHU de Bordeaux, font partie des 10 acteurs amateurs initiés aux techniques d’improvisation et aux rudiments du théâtre par Stéphanie Pin et Dominique Zabala, deux comédiennes de la Compagnie Donc y Chocs.

Claude, Henriette, Eliane, résidents de l’Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de Lormont (33) appartenant au pôle de gérontologie clinique du CHU de Bordeaux, font partie des 10 acteurs amateurs initiés aux techniques d’improvisation et aux rudiments du théâtre par Stéphanie Pin et Dominique Zabala, deux comédiennes de la Compagnie Donc y Chocs.
Ecoute, concentration, construction d’un personnage, travail sur les émotions et l’imaginaire… En compagnie d’artistes chevronnés, les « aînés débutants » se sont formés durant 9 mois, de janvier à septembre 2013 à l’exigeant métier d’acteur : exercices de mise en scène, travail sur la mémoire. Ils ont participé à la création du spectacle « Chapeau Bas ! ». Cette pièce met en scène à la fois l’apprentissage et son aboutissement. C’est un habile montage qui alterne les témoignages et exercices sonores et visuels réalisés en ateliers et l’expression directe des résidents jouant de courtes saynètes.

Présentée le 1er octobre 2013 devant leurs camarades, leur famille, le personnel de l’EHPAD et les partenaires du projet, l’œuvre a été généreusement saluée.

Révéler la beauté et la puissance de l’art théâtral
La compagnie Donc Y Chocs a su tisser des liens de confiance avec les résidents et les associer à une création théâtrale. Les ateliers ont contribué à stimuler leur curiosité, leur capacité d’improvisation et d’adaptation. Les acteurs amateurs ont su puiser dans leurs expériences et leurs ressources pour donner corps aux personnages. Au-delà du lien social construit entre des publics qui sans cette initiative ne se seraient jamais rencontrés ni reconnus, c’est d’émancipation et de liberté dont il s’agit. Emancipation par rapport au statut sclérosant et passif de pensionnaires, liberté conquise par des personnes dites empêchées qui s’épanouissent dans une relation artistique, vécue comme une invitation à une fête.

En affranchissant de la pesanteur des structures, le travail de création réussit à modifier le regard des soignants sur les résidents. Beaucoup ont été très surpris de leur capacité d’agir et de leur créativité. « Je suis comédienne et depuis que j’ai fondé la compagnie Donc y Chocs j’essaie d’utiliser le théâtre aussi comme un moyen de rencontre, de lien social et surtout d’humanité, le théâtre étant la capacité qu’ont les êtres humains de s’observer eux-mêmes en action. Forts de toutes nos expériences nous sommes venus très motivés rencontrer les résidents de l’EHPAD de Lormont du CHU de Bordeaux et partager notre outil précieux, le théâtre. La rencontre avec ces personnes a été riche et bouleversante. Des moments d’humanité merveilleux ont été partagés et nous avons appris à nous connaître, à nous respecter, à nous dévoiler. »  confie Stéphanie Pin, responsable artistique de la Compagnie Donc y Chocs
Suivi dans son intégralité par Bruno Tariol, photographe, le projet a inspiré un reportage visuel. Aujourd’hui une série de visuels immortalise le travail sur les émotions. Les scènes témoignent du plaisir de jouer et d’être ensemble.
Cette initiative est une des nombreuses déclinaisons de la politique culturelle que le CHU de Bordeaux développe depuis 6 ans à l’attention des patients, du personnel, des familles et visiteurs de l’hôpital en partenariat avec des structures culturelles de la région. Ce projet a reçu le soutien de la Fondation Aviva et du Conseil Général de la Gironde dans le cadre de son dispositif Temps Mêlés qui vise à améliorer la participation à la vie culturelle et, plus largement, à la vie sociale des personnes séjournant en Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD).
Le succès d’une telle entreprise s’apprécie aussi par la dynamique qu’il insuffle et les suites qui lui sont données. Une fois l’élan impulsé d’autres projets sont venus en résonnance comme la prolongation des ateliers théâtre avec une classe de collégiens leur conférant une dimension intergénérationnelle.
De septembre 2014 à janvier 2015, l’EHPAD a ainsi accueilli tous les lundis des élèves de 4e. Les comédiennes Stéphanie Pin et Cécile Aubague ont mis toute leur énergie dans l’animation d’ateliers. Des binômes collégien/résident ont donné lieu à des échanges d’anecdotes, de souvenirs, à des transmissions de savoirs. Chaque séance comportait un échauffement théâtral partagé, un temps de discussion et de réflexion à partir d’une consigne précise et une restitution en grand groupe à chaque fin d’atelier. Les comédiennes ont axé leur travail sur la narration d’anecdotes, d’histoires de vie. Des échanges fructueux, décalés, sont nés de ces rencontres hebdomadaires, les époques se sont croisées. Respect  des jeunes, intérêt des personnes âgées… Au fil du temps, des liens se sont tissés, chacun appréciant l’apport et la vision de l’autre.
Ce développement a été soutenu par le Conseil Général de la Gironde et de la Fondation de France. Un album photographique restitue l’expérience.
« J’ai été témoin du rayonnement opéré ; le fait d’être mis en valeur, de découvrir un univers qui leur était étranger – le théâtre – a permis à ces résidents de vivre autrement leur vie institutionnelle, en s’ouvrant et en créant des liens sociaux.» confie Valérie Canel, animatrice socioculturelle à l’EHPAD de Lormont du CHU de Bordeaux
En savoir plus sur Vivre ensemble
Nom du projet
: Vivre ensemble : quelle histoire ! Un projet théâtre mené par la Compagnie Donc y Chocs avec des résidents de l’EHPAD de Lormont du CHU de Bordeaux
Date de réalisation : Janvier à Octobre 2013 / Septembre à décembre 2014
Structure culturelle partenaire : La Compagnie Donc Y Chocs et le photographe Bruno Tariol
Intervenants artistiques : Stéphanie Pin, comédienne et responsable artistique de la Compagnie Donc y Chocs, Dominique Zabala, comédienne (sur le projet 2013), Cécile Aubague, comédienne (sur le projet 2014), Bruno Tariol, photographe
Découvrir le livret qui retrace l’aventure : http://fr.calameo.com/read/0042734690e310046afb6
Montant de l’action culturelle : 20 000 €
Porteur du projet au CHU de Bordeaux
Lucile Renaud – Chargée de l’action culturelle
CHU de Bordeaux
Direction de la communication et de la culture
12 rue dubernat – 33 404 Talence cedex
05 57 82 08 56
lucile.renaud@chu-bordeaux.fr

Cette intervention artistique a été sélectionnée dans le cadre de l’opération Fenêtre sur l’art

Une fois par mois, RESEAU CHU ouvre une fenêtre sur une initiative artistique en territoire de santé. Chacune témoigne de l’impact positif des projets culturels dans les soins apportés aux personnes en souffrance/usagers/patients. Ces fenêtres éclairent la notion partagée et citoyenne du "prendre soin" menée par les établissements de santé. 
Fenêtre sur l’Art est le fruit d’un partenariat culturel 2015-2016 conclu entre Réseau CHU et la Commission culture des CHU et CHS présidée par Yann Bubien, directeur général du CHU d’Angers.
Pour retenir 12 projets parmi les 37 reçus de 21 établissements en réponse à l’appel à candidatures envoyé le 10 octobre 2014, un jury s’est réuni le 10 janvier 2015 et a établi une sélection rigoureuse en fonction des critères suivants :
 
– Le professionnalisme des intervenants artistiques et culturels
– la notion partenariale des projets
– la contextualisation des actions culturelles
– la dimension innovante des projets
 
Le jury présidé par Yann Bubien était composé de 
– Marie-Georges Fayn, éditrice de Réseau CHU
– Xavier Collal, chargé de mission du programme culture-santé, ministère de la santé et des affaires sociales
– Gilbert Labelle, chargé de mission culture-santé, ministère de la culture et de la communication
 
et du groupe Communication de la Commission Culture
– Sophie Bellon-Christofol, attachée culturelle de l’APHM.
– Karine Fraysse, déléguée aux affaires culturelles du CHRU de Lille;
– Maud Piontek, responsable de la culture et de la communication à l’EPSM de l’agglomération lilloise
– Céline Le Nay, directrice déléguée aux affaires générales du CHU d’Angers
– Delphine Belet, attachée culturelle du CHU d’Angers
– Denis Lucas, attaché culturel du CHU-Hôpitaux de Rouen

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.