Révolution technologique en radiothérapie

Avec ses 3 accélérateurs avec collimation multilames dont 1 « grand champ », son scanner d'acquisition d'image et son système de calcul et de planification des traitements, le service de radiothérapie de l'hôpital de la Timone, dirigé par le Professeur Didier Cowen, est l'un des plus grands et des plus modernes de France. L'AP-HM a investi 5,35 millions d'euros dans l'achat de ces équipements de toute dernière génération.

Avec ses 3 accélérateurs avec collimation multilames dont 1 « grand champ », son scanner d’acquisition d’image et son système de calcul et de planification des traitements, le service de radiothérapie de l’hôpital de la Timone, dirigé par le Professeur Didier Cowen, est l’un des plus grands et des plus modernes de France. L’AP-HM a investi 5,35 millions d’euros dans l’achat de ces équipements de toute dernière génération.

L’installation des nouveaux appareils a nécessité la construction de deux nouveaux bunkers dotés de murs de béton d’un mètre d’épaisseur. Le service dispose de 4 bunkers pour 3 appareils, ce qui permettra d’effectuer un système de rotation.

Dans les deux nouveaux bunkers ont été installés deux nouveaux accélérateurs de particules « jumeaux », construits à l’identique pour permettre en cas de panne de basculer de l’un à l’autre sans arrêter le traitement. Les collimateurs multilames permettent de réaliser très facilement des champs d’irradiation de forme complexe.
Les deux appareils sont dotés d’un système d’imagerie portale permettant d’obtenir des images en temps réel.

Avant l’été sera installé un accélérateur avec collimation multilames grand champ, qui agrandit le faisceau d’irradiation adapté à certaines pathologies. Enfin, un scanner de repérage en radiothérapie permet de réaliser des images du contour entier des patients.

Ce centre permet d’accueillir plus de patients (1100 patients traités en 2006) dans de meilleures conditions, en facilitant le travail des manipulateurs en électroradiologie médicale qui devaient auparavant porter des caches très lourds (parfois plus d’une tonne et demie par jour). Ces équipements vont permettre également de lancer des recherches cliniques sur les nouvelles techniques d’irradiation.

Contact : Pr Didier Cowen
didier.cowen@ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.