Rhumathologie : une borne éducative à la disposition des patients

Connaître les bons gestes et les appliquer dans la vie de tous les jours... Pour aider les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde et de spondylarthrite ankylosante à mieux vivre leur maladie au quotidien, le service de rhumatologie du CHU de Poitiers vient d'installer une borne éducative.

Connaître les bons gestes et les appliquer dans la vie de tous les jours… Pour aider les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde et de spondylarthrite ankylosante à mieux vivre leur maladie au quotidien, le service de rhumatologie du CHU de Poitiers vient d’installer une borne éducative.

A la pointe de la technique, le service s’est aussi doté d’un appareil d’échographie ostéo-articulaire pour le diagnostic précoce des lésions inflammatoires articulaires.

A propos des rhumatismes inflammatoires
Lorsque l’on parle de rhumatisme inflammatoire, on ne parle pas d’arthrose, maladie plus fréquente liée à une usure du cartilage mais de maladies responsables d’une inflammation des articulations. Les deux principaux rhumatismes inflammatoires sont la polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite ankylosante.

La polyarthrite rhumatoïde touchent 0.5% de la population, le plus souvent des femmes entre 40 et 60 ans. La maladie se traduit par des douleurs articulaires avec un gonflement des articulations. En l’absence de traitement ou en cas d’inefficacité de celui ci, une destruction du cartilage peut survenir et entraîner un handicap.

La spondylarthrite ankylosante est une pathologie à prépondérance masculine et qui atteint plus volontiers le rachis que les articulations périphériques. L’âge de début de la maladie est le plus souvent plus précoce que la polyarthrite rhumatoïde, avant 40 ans.

Avec un dépistage précoce, une prise en charge adaptée et aussi grâce à l’arrivée de nouveaux traitements tels que les biothérapies, l’objectif est aujourd’hui d’enrayer l’évolution de la maladie et de permettre aux patients atteints de ces affections de mener une vie presque normale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.